AfriqueEconomieTechnologieTrending

Casinos Bitcoins : l’Afrique gagne du terrain

Ces dernières années, tout laisse à penser que l’Afrique deviendra le premier paradis mondial des cryptomonnaies, dont le bitcoin qui reste en tête. Leur nature décentralisée est particulièrement attrayante pour de nombreuses personnes et entreprises africaines, comme les casinos bitcoins. Mais les autorités restent méfiantes face aux méthodes de paiement non réglementées. Malgré cela, le BTC continue à se faire une place de choix en Afrique.

Le bitcoin contre l’inflation locale

En Afrique, de multiples industries cherchent des moyens d’intégrer les méthodes de paiement en bitcoins. Et un nombre croissant d’habitants apprécient de pouvoir contrer l’inflation excessive de leur pays en utilisant les cryptos. Ce fut notamment le cas au Zimbabwe en 2015. Quand le gouvernement a lancé l’impression de 100 000 milliards de dollars, des Zimbabwéens se sont tournés vers le BTC pour lutter contre l’inflation engendrée.

La Banque de réserve du Zimbabwe a alors pris la décision en 2018 d’interdire aux banques locales de traiter les transactions en bitcoins. Elle a justifié cette décision en soulignant la volatilité des cryptomonnaies et leur capacité à perturber les mécanismes financiers traditionnels. Malgré cette interdiction, les transactions peer to peer en bitcoins ont continué à croître dans le pays. 

Aujourd’hui, cette devise virtuelle permet aux consommateurs africains de trouver de nouvelles réserves de valeur en période de turbulences économiques. Et à l’avenir, on peut s’attendre à ce que les investisseurs continuent à se tourner vers elle lorsque les monnaies fiduciaires seront en difficulté.

Les casinos bitcoins : un service enfin accessible

Grâce aux monnaies virtuelles, les Africains peuvent aussi accéder à de nombreux services qui leur sont habituellement bloqués du fait de leur situation géographique. Par exemple, ils ont la possibilité de faire des paris bitcoin sur ce site, sans subir de restriction. Alors que l’accès aux sites des casinos en ligne leur étaient autrefois interdit, ils peuvent désormais y jouer comme ils le souhaitent.

De plus, les Africains bénéficient des avantages liés à l’utilisation des BTC dans ces casinos : notamment l’anonymat, des transactions plus sécurisées et des frais largement réduits. Des critères particulièrement appréciés par les joueurs, surtout dans les pays aux gouvernements instables et parfois peu scrupuleux.

Le bitcoin intègre les industries africaines

Pour que le bitcoin s’établisse réellement comme une monnaie de premier plan en Afrique, il faudra l’intégrer dans des industries variées sur tout le continent. Vous l’aurez compris, son essor a déjà commencé dans de multiples pays africains.

En Afrique du Sud

Prenons l’exemple de l’Afrique du Sud. Les détaillants sud-africains ont commencé à utiliser le bitcoin dès 2017. C’est le géant de l’alimentation Pick n Pay qui fut le premier à accepter les paiements dans cette monnaie dans ses magasins. Cette option est extrêmement intéressante par souci de sécurité et de fluidité des paiements – des éléments qui font souvent défaut aux paiements dans d’autres devises africaines. Or dans le commerce de détail, il est important que les paiements puissent être traités rapidement et en toute sécurité.

Le secteur des casinos en ligne requiert lui aussi des paiements rapides et sûrs, puisque les joueurs retirent et déposent des fonds fréquemment. C’est pourquoi le bitcoin est une option de paiement standard dans un nombre croissant de sites sud-africains hébergeant des casinos virtuels. Cela contribue à normaliser l’usage des cryptomonnaies en Afrique du Sud comme moyen fiable de transférer de l’argent.

Au Nigeria

Les Nigérians apprécient également la flexibilité offerte par le bitcoin. Cette monnaie virtuelle offre une formidable alternative aux autres services de paiement numérique (comme PayPal et TransferWise), qui sont inutilisables ou terriblement lents au Nigeria. Grâce à sa rapidité, la devise virtuelle est même devenue la méthode privilégiée pour effectuer des paiements transfrontaliers.

En outre, le pays a aussi accueilli son premier distributeur automatique de bitcoins en avril 2020. Une nouveauté qui devrait fortement renforcer l’attrait pour les cryptos dans le pays !

Tags

Francky

Hello cher lecteurs. Je suis Francky, ingénieur informaticien. Je suis passionné de technologie, de lecture et de voyage... francky@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer