Rwanda
A la Une

Envoi des demandeurs d’asile au Rwanda : Human Rights Watch condamne le projet britannique

Un nouveau plan du gouvernement britannique visant à envoyer les demandeurs d’asile au Rwanda a été condamné par les groupes de défense des réfugiés et des droits de l’homme. Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé jeudi que certains demandeurs d’asile seraient désormais pris en charge par Kigali.

LIRE AUSSI: Le Rwanda signe un accord avec le Royaume-Uni pour accueillir des migrants et demandeurs d’asile

« Toute personne arrivant au Royaume-Uni de manière irrégulière (ou qui y sont arrivées de manière irrégulière depuis le 1er janvier 2022) peut être envoyée au Rwanda par le biais d’un vol « aller simple », a déclaré Boris lors d’une conférence de presse dans le Kent. « Nous ne pouvons pas soutenir un système illégal parallèle. Notre compassion est peut-être infinie, mais notre capacité à aider les gens ne l’est pas. »

Selon Boris Johnson, le risque que les demandeurs d’asile se retrouvent au Rwanda plutôt qu’au Royaume-Uni serait un « élément dissuasif considérable » à terme. Le Rwanda a annoncé jeudi que la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, avait signé un accord avec le pays africain pour y envoyer les demandeurs d’asile traversant la Manche.

Le nouvel accord porterait principalement sur les hommes seuls arrivant sur des bateaux ou des camions et leur donnerait un billet aller simple pour le voyage jusqu’au Rwanda, où ils seraient traités et, s’ils sont reconnus, bénéficieraient d’un hébergement à long terme dans le pays africain. En d’autres termes, s’ils sont reconnus comme réfugiés, ils obtiendront le statut de réfugié dans ce pays.

Le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, a déclaré que l’accord « vise à garantir que les personnes sont protégées, respectées et habilitées à réaliser leurs propres ambitions et à s’installer de manière permanente au Rwanda si elles le souhaitent. »

La Grande-Bretagne a versé 158 millions de dollars « d’avance pour payer le logement et l’intégration des migrants », a déclaré le gouvernement rwandais, selon l’Associated Press.

Boris Johnson a justifié l’accord en dépit du fait qu’il a été qualifié de cruel et inhumain. « Nous sommes convaincus que notre nouveau partenariat migratoire est pleinement conforme à nos obligations juridiques internationales, mais nous nous attendons néanmoins à ce qu’il soit contesté devant les tribunaux, et si ce pays est considéré comme une main molle pour la migration illégale par certains de nos partenaires, c’est précisément parce que nous avons une formidable armée d’avocats politiquement motivés qui, depuis des années, se sont fait un devoir de contrecarrer les renvois et de frustrer le gouvernement », a-t-il déclaré.

Le Royaume-Uni fait valoir que la délocalisation des demandeurs d’asile au Rwanda est conforme à ses obligations juridiques internationales. Cependant, le traitement offshore est non seulement cruel et inefficace, mais aussi très probablement illégal », indique un rapport de Human Rights Watch. « Il crée un système de réfugiés à deux niveaux qui discrimine un groupe en fonction de son mode d’arrivée, alors que le statut de réfugié est fondé uniquement sur la menace de persécution ou de préjudice grave et que les normes internationales reconnaissent que les demandeurs d’asile sont souvent contraints de traverser les frontières de manière irrégulière pour chercher une protection », ajoute le rapport.

Au cours des dix dernières années, l’Australie a eu recours au traitement offshore des demandes d’asile en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru, une politique que les groupes de défense des droits de l’homme ont également qualifiée de cruelle et de coûteuse. « Nous avons vu les graves abus résultant du traitement offshore. Le régime de détention offshore de l’Australie à Nauru et sur l’île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a causé plus de huit ans d’immenses souffrances humaines. Douze personnes sont mortes depuis le début de cette politique en 2013 », a déclaré Human Rights Watch.


Et même si Johnson a déclaré que le Rwanda est « l’un des pays les plus sûrs au monde », certains groupes de défense des droits ne sont pas d’accord et accusent le pays de plusieurs violations des droits de l’homme, notamment le harcèlement fréquent et la détention arbitraire d’opposants au gouvernement.

« Au moment où la population du Royaume-Uni a ouvert son cœur et ses foyers aux Ukrainiens, le gouvernement choisit d’agir avec cruauté et d’échapper à ses obligations envers d’autres personnes fuyant la guerre et les persécutions », a déclaré Human Rights Watch.

L’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) est également opposée à cet accord. Son Haut Commissaire adjoint, Gillian Triggs, a déclaré : « Les personnes fuyant la guerre, les conflits et les persécutions méritent compassion et empathie. Elles ne devraient pas être échangées comme des marchandises et transférées à l’étranger pour y être prises en charge. »

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page