Confidence: « je ne comprends pas pourquoi certaines femmes africaines refusent de piler le foutou pour leurs hommes »

3

Bonjour Afrikmag, merci pour tous vos articles, mais je veux que vous sensibilisez nos sœurs africaines.

Mon nom est Alphonse et j’ai 34 ans. J’ai fait un constat : « certaines de nos sœurs africaines ont peur de faire la cuisine. Elles refusent de piler la banane et le manioc sous prétexte que c’est fatigant ou elles ont trop de boulot. » Je trouve qu’elles sont simplement paresseuses. En plus, elles ne veulent pas piler mais ce sont elles qui sont prêtes à manger de gros plats.

Elles ne savent même plus faire la bonne cuisine comme nos mamans. En outre, elles sont spécialistes en fritures et autres nourritures européennes. Je ne dis pas que c’est mauvais, mais je pense qu’elles devraient aussi être fières de savoir cuisiner la nourriture africaine.

Publicité

Moi, quand je rencontre une fille qui ne sait pas cuisiner, je la quitte tout simplement. D’abord, les hommes doivent satisfaire leurs caprices et ensuite elles veulent que leurs chéris prennent des servantes pendant qu’elles se promènent. Les sœurs, changez de comportement. Je pense que l’émancipation c’est aussi être capable de savoir tout faire.

Je voudrais leur dire d’apprendre à cuisiner, il n’y a pas que le « swag », « snap chat » ou les photos qu’elles mettent sur les réseaux sociaux pour montrer leurs corps dénudés qui comptent.

Après, elles se plaignent de ne pas avoir d’époux. Un homme ne viendra pas manger vos beaux yeux, ni votre corps.

Certaines jeunes filles se permettent de bouder leurs mères. Elles ne veulent pas les aider à faire la cuisine. Elles passent leur temps à courir après les hommes.

Vous ne savez pas que l’un des secrets pour retenir un homme c’est de savoir bien faire la cuisine? Il y a beaucoup de femmes ou de mères de famille qui occupent des postes importants mais qui prennent le temps de faire la bonne cuisine pour leurs maris.

Merci de partager mon message!

Afrikmag

 

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

3 commentaires

  1. Vous avez bien dis, mais tout défend de la société . Autrement, par exemple si dans votre société ce sont les femmes qui préparent, ça peut être le contraire dans une autre comme ce que TCHINGA avait déjà souligné

  2. Il n’y a pas de mal à cela mais ça devient un problème majeur lorsque cela devient leurs habitudes.
    Chez nous au Bénin par exemple, ce sont les hommes qui piles et les femmes font sont charger de faire la sauce et les boules pour les mettre dans les plats.

Laissez une réponse

---