Santé

Coronavirus : le premier africain infecté par le virus est guéri

Lorsque Kem Senou Pavel Daryl, un étudiant camerounais de 21 ans résidant dans la ville chinoise de Jingzhou, a contracté le coronavirus, il n’avait aucune intention de quitter la Chine, même si cela était possible.

« Quoi qu’il arrive, je ne veux pas ramener cette maladie en Afrique », a-t-il déclaré depuis son dortoir universitaire, où il est désormais placé en quarantaine pendant 14 jours.

Publicité

Il souffrait de fièvre, d’une toux sèche et de symptômes ressemblant à ceux de la grippe.

Quand il est tombé malade, il a pensé à son enfance au Cameroun, où il a contracté le paludisme. Il craignait le pire.

« Quand je suis allé à l’hôpital pour la première fois, je pensais à ma mort et à la façon dont elle allait se produire. »

Pendant 13 jours, il est resté en isolement dans un hôpital chinois local. Il a été soigné avec des antibiotiques et des médicaments généralement utilisés pour traiter les patients atteints du VIH. Après deux semaines de soins, il a commencé à montrer des signes de rétablissement.

Le scanner n’a montré aucune trace de la maladie. Il est devenu le premier africain à contracter le virus et le premier infecté au monde à guérir. Ses soins médicaux étaient couverts par l’État chinois.

L’Égypte est devenue le premier pays africain à confirmer un cas de coronavirus. Les professionnels de la santé affirment que les pays dont les systèmes de santé sont plus faibles peuvent avoir du mal à faire face à une éventuelle épidémie de la maladie, qui a déjà tué plus de 1 770 personnes.

Depuis fin janvier, les gouvernements du monde entier, les États-Unis en tête, ont commencé à évacuer leurs citoyens de Wuhan et des villes voisines.

Mais des milliers d’étudiants, de travailleurs et de familles africains sont toujours bloqués dans la province centrale du Hubei et à Wuhan et réclament leur rapatriement.

« Nous sommes des fils et des filles de l’Afrique, mais l’Afrique ne veut pas venir à notre secours quand nous en avons le plus besoin », déclare Tisiliyani Salima, étudiante en médecine à l’université de médecine de Tongji et présidente de l’association des étudiants zambiens de Wuhan.

Publicité 2


Depuis près d’un mois, Salima vit en auto-quarantaine. Le temps a commencé à perdre de son sens pour cette étudiante de 24 ans. Elle passe ses journées à dormir et à parcourir les médias pour avoir des informations sur cette maladie.

Elle assure la liaison entre son ambassade et les 186 étudiants zambiens qui vivent en quarantaine à Wuhan. Beaucoup s’inquiètent de la sécurité alimentaire, de l’approvisionnement et du manque d’information dans une ville qui, cette semaine, a connu une moyenne de 100 décès par jour.

Crédit photo : bbc

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer