Cameroun

Crise Anglophone: Mancho Bibixy demande sa condamnation à mort

L‘audience des détenus dans le cadre de la crise anglophone a eu lieu ce jeudi 26 Octobre 2017 au tribunal militaire à Yaoundé. Mancho Bibixy identifié comme le seul leader de la contestation encore incarcéré est passé à la barre. Il n’a pas bénéficié de l’arrêt des poursuites décidé par le Président de la République le 29 août 2017.

D’après l’adjudant-chef major des renseignements et de la transmission à Bamenda, Mancho Bibixy était parmi les instigateurs de la rébellion. Ce dernier a reconnu avoir marché. Il ne s’oppose d’ailleurs pas à la condamnation, mais sollicite l’indulgence de la cour en ce qui concerne la libération des autres détenus parce que leurs conditions de détention sont inhumaines

 

Publicité

«Madame la présidente oui j’ai marché condamnez-moi à mort, mais laissez ces enfants rentrer à Bamenda, ils n’ont rien fait. Ils sont détenus dans de très mauvaises conditions, sans surtout pouvoir bénéficier de l’assistance de leurs parents. Lorsque certains membres de leurs familles viennent leur rendre visite en prison, ils sont recalés devant le portail parce qu’ils n’ont pas un permis possible de les libérer, c’est mieux qu’on les juge à Bamenda où ils peuvent bénéficier de l’assistance de leurs proches», a-t-il déclaré.

Rappelons que Mancho Bibixy a été arrêté depuis le 30 novembre 2016 à Bamenda. L’on se souvient que pendant les manifestations, il avait été vu une fois dans un cercueil au cours de la marche du 28 novembre 2016. Ce natif de la région du Nord-Ouest avait aussi manifesté en compagnie des Députés et Sénateurs du Social Democratic Front.

Il avait d’ailleurs été porté en triomphe par les personnes présentes sur les lieux. Il répond devant le Tribunal militaire de Yaoundé, des accusations d’hostilité contre la patrie, dégradation des biens publics, pillage en bande et coaction des actes de terrorisme.

 

 

Publicité 2

 

 

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page