À la UneGhana

Ghana : Idris Elba, Naomi Campbell et plusieurs autres stars offrent leur soutien aux homosexuels

L’acteur Idris Elba et le mannequin Naomi Campbell se sont joints aux 65 autres célébrités, designers et politiciens britanniques, pour la plupart d’origine ghanéenne, pour signer une lettre ouverte en faveur des droits des homosexuels au Ghana.

Le mois dernier, un centre communautaire pour les personnes LGBTQ+ au Ghana a été fermé par les forces de sécurité trois semaines seulement après son ouverture. Des chefs religieux, des politiciens et des organisations anti-gays avaient demandé au gouvernement de fermer le centre, qui était géré par l’organisation caritative locale LGBT+ Rights Ghana.

Publicité

Les 67 signataires de la lettre ouverte ont déclaré qu’ils étaient inquiets de l’évolution de la situation au Ghana et ont appelé le président du pays, Nana Akufo-Addo, et d’autres dirigeants politiques à assurer la protection de la communauté LGBTQ+.

« Nous avons observé avec une profonde inquiétude que vous avez dû remettre en question la sécurité de votre travail vital au Centre des droits LGBTQ+ du Ghana à Accra, et nous craignions pour votre bien-être et votre sécurité personnel. Il est inacceptable pour nous que vous vous sentiez en danger », ont écrit les signataires de la lettre, dont beaucoup sont britanno-ghanéens, notamment l’architecte Sir David Adjaye et le rédacteur en chef du Vogue britannique, Edward Enninful. La mère d’Elba est également née au Ghana.

« En tant que défenseurs éminents et puissants de ce grand pays, nous implorons son Excellence, le Président de la République du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, et les dirigeants politiques et culturels de créer une voie d’alliance, de protection et de soutien. Nous demandons l’inclusion qui rendra la nation encore plus grande et encore plus forte », précisent-t-ils.

Lors de l’ouverture du centre pour les personnes LGBTQ+ le mois dernier, l’ambassadeur danois, le haut-commissaire australien et quelques diplomates étrangers figuraient parmi les participants, ce qui a provoqué la colère de nombreux Ghanéens qui ont condamné la communauté internationale pour la promotion des droits des homosexuels dans le pays et en Afrique dans son ensemble.

Au Ghana, les relations homosexuelles constituent un délit pénal et sont passibles d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans. Bien que personne n’a encore été poursuivi pour des relations homosexuelles depuis des années, les militants des droits de l’homme affirment que les personnes LGBTQ+ sont victimes de discrimination et sont souvent menacées de mort et victimes d’abus. Samedi dernier, le président Akufo-Addo a déclaré que le mariage homosexuel ne serait pas légalisé sous sa présidence.

Publicité 2

« Je l’ai déjà dit, et je le répète, sous la présidence de Nana Addo Dankwah Akufo-Addo, le mariage homosexuel ne sera pas légalisé », a-t-il déclaré.

Crédit photo : howafrica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page