Divers

USA: Un homme marié tue sa maîtresse enceinte de huit mois

L’histoire s’est déroulée en Floride aux Etats-Unis. Un homme du nom de Jose Soto-Escalera âgé de 41 ans trompait sa femme avec une jeune fille de 23 ans.

La jeune fille a contracté une grossesse après un ébat sexuel avec son amant. Informé de cette grossesse, l’homme a suggéré un avortement à sa maîtresse via la modique somme de 500 dollars pour qu’elle subisse l’opération adéquate. MaisTania a décidé sans le consentement de son homme de garder l’enfant.

Publicité

Une mauvaise décision qui lui a coûté la vie, son corps a été retrouvé le 24 août dernier dans un fossé.

Selon les médecins légistes, elle a subi un traumatisme contondant à l’arrière de la tête, elle était également blessée à la gorge. Enceinte de huit mois, son bébé n’a pas survécu.

Jose, l’amant, premier suspect a été arrêté un mois après, le 21 septembre. Il jure qu’il n’a pas tué Tania malgré les preuves médico-légales numériques qui le relient au crime et la déclaration d’un témoin qui dit avoir vu son camion sur les lieux du meurtre. La police doit aujourd’hui comprendre les motivations de Jose.

“Nous savons qu’il était le père du bébé, nous savons aussi qu’elle avait d’autres personnes dans sa vie, d’autres hommes”, a confié le shérif Ken Mascara en charge de l’affaire. “Nous ne savons pas si la jalousie était un motif ou s’il s’agit d’autre chose.”

La jeune femme devait accoucher par césarienne la semaine après son décès. La police précise que lors de son arrestation, Jose n’a montré aucun signe de remords.

crédit photo : Afrikmag

Tags

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer