kenya
A la Une

Kenya : une société lance son premier bus électrique pour réduire les émissions de CO2

Une société de transport écologique basée à Nairobi a dévoilé mercredi son premier bus électrique.

Nairobi est surnommée la « ville verte au soleil » en raison des parcs luxuriants qui entourent la capitale. Roam, une entreprise kényano-suédoise, souhaite désormais que cette épithète fasse également référence à la mobilité écologique de la ville.

Elle a dévoilé mercredi un bus électrique dans une ville où les gaz d’échappement polluants contribuent à un épais smog.

« C’est le premier bus électrique de transport en commun au Kenya que nous avons conçu depuis l’année dernière et que nous avons fabriqué avec un partenaire mondial », a déclaré Dennis Wakaba, coordinateur du projet Roam « Cela représente une évolution vers de meilleurs transports publics, où nous pouvons faire en sorte que les personnes voyagent confortablement et profitent du trajet en toute conscience, car nous parlons de zéro émission », a déclaré le coordinateur du projet Roam.

Le bus aux couleurs vives s’est engagé dans le trafic matinal notoire de cette ville de près de cinq millions d’habitants, qui ne dispose pas d’un réseau de transport public.

La plupart des transports de banlieue sont exploités par le secteur privé à Nairobi et Roam a déclaré que les tarifs du bus électrique rivaliseraient avec ceux proposés par ses concurrents plus polluants.

S’il n’existe qu’une seule station de recharge dans la métropole de près de cinq millions d’habitants, l’équipe de Roam n’a pas été découragée. Elle voulait encourager les déplacements écologiques dans une ville où les minivans polluants sont beaucoup plus utilisés.

Le bus de 77 places a une vitesse de pointe de 70 kilomètres par heure et une batterie lui permettant de parcourir 360 kilomètres avant de nécessiter une recharge de deux heures.

Il a également été conçu pour être accessible et inclusif pour tous. Il peut accueillir des personnes en fauteuil roulant, des personnes âgées… Nous avons donc des sièges prioritaires à l’intérieur de ce bus », a révélé Wakaba.

« Nairobi est considéré comme un leader de l’innovation, et nous voyons Nairobi comme un bon point de départ et comme un centre d’innovation pour déployer ces bus », ajoute-t-il.

Roam – qui fabrique également des véhicules de safari et des motos électriques – indique qu’elle prévoit de déployer 100 bus électriques au cours de l’année prochaine.


L’entreprise a également entamé le processus de conception d’un bus plus petit pour compléter le bus de 77 places.

Au début de l’année, une autre startup de mobilité électrique, BasiGo, a dévoilé un bus de 25 places avec une autonomie de 250 kilomètres pour les routes de Nairobi.

Le Kenya tire la majeure partie de son énergie de ressources renouvelables et cherche à réduire ses émissions de CO2 de 32 % d’ici à 2030.

Crédit photo : maravipost

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!