À la UneAfrique
A la Une

Le fils d’un ancien président africain et 10 autres emprisonnés pour une  »dette cachée »

Dix-neuf personnes, dont des responsables de la sécurité de l’État, ont été jugées pour un scandale de «dette cachée» qui a fait chuter l’économie du Mozambique.

Un tribunal mozambicain a condamné le fils d’un ancien président, deux anciens chefs d’espionnage et huit autres à des années de prison pour leur rôle dans un scandale de corruption dans lequel le gouvernement a cherché à dissimuler d’énormes dettes, provoquant des ravages financiers.

Les 11 ont été reconnus coupables et condamnés mercredi pour des accusations liées à un scandale de «dettes cachées» de 2 milliards de dollars qui a fait disparaître des centaines de millions de dollars de prêts garantis par le gouvernement et a fait chuter l’économie du pays d’Afrique australe.

Dix-neuf personnes, dont des agents de la sécurité de l’État, ont été jugées pour des accusations telles que le blanchiment d’argent, la corruption et le chantage ; les huit autres ont été acquittés par le tribunal de Maputo.

Armando Ndambi Guebuza, fils de l’ancien président Armando Guebuza, a été condamné à 12 ans de prison, tandis que d’autres ont été condamnés à des peines allant de 10 à 12 ans.

« Armando Ndambi Guebuza n’a montré aucun remords pour avoir commis le crime et il maintient qu’il a été ciblé pour des raisons politiques », a déclaré le juge Efigenio Baptista du tribunal de la ville de Maputo.

« Ndambi ne considère toujours pas qu’il a bénéficié à tort de 33 millions de dollars dont le peuple mozambicain a cruellement besoin. »

Deux hauts responsables des services de renseignement, le directeur général Gregorio Leao et le chef de l’unité économique, Antonio Carlos do Rosario, ont également été condamnés chacun à 12 ans de prison.

Leao et do Rosario ont été reconnus coupables de détournement de fonds et d’abus de pouvoir, tandis que Ndambi Guebuza a été condamné pour détournement de fonds, blanchiment d’argent et association de malfaiteurs, entre autres charges.


Le juge a déclaré que les personnes condamnées avaient, par leurs actions, contribué à appauvrir le peuple mozambicain.

« Les accusés ont terni la bonne image du pays à l’étranger et sur les marchés internationaux, avec des effets durables et difficiles à réparer », a-t-il déclaré.

Le scandale a éclaté après que des entreprises publiques du pays appauvri ont emprunté illégalement 2 milliards de dollars en 2013 et 2014 à des banques internationales pour acheter une flotte de pêche au thon et des navires de surveillance. Le gouvernement a masqué les prêts du parlement et du public.

Ahmad Diallo

Je suis Ahmad Diallo, Rédacteur en chef chez AfrikMag. Très friand de lecture, de rédaction et de découverte. Mes domaines de prédilection en matière de rédaction sont la politique, le sport et les faits de société. Email : aDiallo@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!