À la UneNigeria
A la Une

Nigeria : les manifestations contre les brutalités policières ont déjà coûté à l’économie 1,8 milliard de dollars

Les manifestations au Nigeria contre les brutalités policières ont un effet négatif sur l’économie du pays. Selon la Chambre de commerce et d’industrie de Lagos (CCIL), les manifestations nationales ont coûté à l’économie du pays 1,8 milliard de dollars au cours des 12 derniers jours.

Dans un communiqué, la présidente de la Chambre de commerce, Toki Mabogunje, a déclaré que la CCIL apprécie la valeur de l’engagement des citoyens et l’exigence de responsabilité que représente essentiellement la manifestation EndSARS.

Publicité

« Au cours des douze derniers jours, les activités économiques ont été paralysées dans la plupart des régions du pays et ont été particulièrement graves dans les zones urbaines. L’économie nigériane a subi une perte estimée de 700 milliards de nairas (1,8 milliard de dollars) au cours des douze derniers jours », a-t-elle déclaré.

Mme Mabogunje a déclaré que les manifestations avaient eu un impact important, ajoutant que la protestation a obtenu des résultats significatifs étant donné le réveil qu’elle a généré en réformant les lacunes de la gouvernance politique du Nigeria et le fait que certaines des demandes des manifestants ont été satisfaites.

Le Nigeria est encore sous le choc de la pandémie et lutte pour se remettre de ses effets dévastateurs. Pour la première fois depuis plus de dix ans, l’économie nigériane est en récession. L’industrie pétrolière est le principal secteur économique du pays.

Mardi, les forces de l’ordre nigérianes auraient ouvert le feu sur des manifestants sur un site de protestation dans la capitale commerciale Lagos, quelques heures après que l’État a imposé un couvre-feu. Des témoins ont déclaré à Reuters que les soldats ont tiré sur les manifestants à Lekki.

« Ils ont commencé à tirer en direction de la foule. Ils tiraient sur la foule », a déclaré Alfred Ononugbo, un officier de sécurité. « J’ai vu la balle toucher une ou deux personnes », a-t-il ajouté.

The Cable rapporte qu’au moins trois personnes sont mortes à la suite de la fusillade. Amnesty International a déclaré dans un communiqué qu’elle avait reçu « des preuves crédibles, mais inquiétantes d’un usage excessif de la force ayant causé la mort de manifestants au péage de Lekki à Lagos. 

Publicité 2

A lire aussi:

Crédit photo : voiceofamerica

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page