Europe

Espagne: Un prisonnier donné pour mort se réveille avant l’autopsie

Les autorités pénitentiaires espagnoles sont déconcertées après qu’un prisonnier qui a été déclaré mort par trois médecins se soit réveillé à la morgue – quelques heures seulement avant que sa propre autopsie ne commence.

Le prisonnier, Gonzalo Montoya Jiménez, 29 ans, a été retrouvé inconscient dans sa cellule lors d’un appel matinal et avait été transféré dans une morgue d’hôpital dans un sac mortuaire, quand soudain les pathologistes ont commencé à entendre quelque chose d’étrange. Un Ronflement venant de l’intérieur du sac.

Jiménez, qui purge une peine pour vol de métaux, dans le nord-ouest de l’Espagne, a d’abord été suivi par deux médecins en service, après avoir été retrouvé inconscient sur une chaise dans sa cellule, sans des signes de violence évidents.

Ne détectant aucun signe vital, les médecins l’ont déclaré mort, et une heure plus tard, un médecin légiste a inspecté le corps, a approuvé les premières évaluations et a publié un troisième rapport de décès.

Ce n’est que plus tard dans la morgue que les médecins ont réalisé que quelque chose n’allait pas.

À ce stade, Jiménez avait déjà passé du temps dans une chambre froide pour aider à préserver son corps, et sa peau avait été marquée avec des lignes directrices de scalpel en prévision de son autopsie imminente – C’est à ce moment que le ‘cadavre’ a soudainement donné signe de vie.

« Les médecins légistes ont commencé à entendre des bruits venant de l’intérieur du sac, Montoya n’était pas mort, bien au contraire », rapporte El Español.

« Le médecin légiste a ouvert le sac et a trouvé le détenu encore en vie. »

Jiménez a ensuite été transféré sous surveillance dans une ambulance dans un autre hôpital pour se remettre de son épisode mystérieux, et semble maintenant être dans un état stable – mais quant à la façon dont la confusion aurait pu se produire en premier lieu, les autorités pénitentiaires n’ont aucune idée.

« Je ne peux pas commenter ce qui s’est passé à l’Institute of Legal Medicine », a déclaré un porte-parole du Service pénitentiaire espagnol aux médias, « mais trois médecins ont vu des signes cliniques de mort. « 

La veille, Jiménez a été trouvé «mort», il se plaignait de se sentir malade, et alors qu’on ne sait pas exactement ce qui a causé son état, les autorités ont décrit son corps comme montrant des signes de cyanose – une décoloration violacée de la peau due à une mauvaise circulation ou manque d’oxygène – en plus de la rigidité cadavérique.

Les responsables de l’hôpital ont déclaré aux médias espagnols que la fausse information de sa mort pourrait être un cas de catalepsie, dans lequel le corps entre dans un état de transe ou de crise, présentant une perte de conscience et de sensation, ainsi qu’une rigidité physique.


La façon dont Jiménez est devenu cataleptique n’est pas claire, bien que le prisonnier souffre d’épilepsie et prenne des médicaments pour la maladie – mais sa famille dit qu’il n’est pas toujours facile pour Jiménez d’adhérer à son programme de médicaments.

Sa famille, qui a été autorisée à rendre visite à Jiménez alors qu’il se rétablit à l’hôpital, envisage une action en justice contre la prison, convaincue qu’un seul médecin a examiné correctement le corps du prisonnier, les autres remplissant simplement la paperasse.

Une enquête officielle a été ouverte pour enquêter sur ce qui s’est exactement passé, et savoir si la procédure a été suivie correctement.

À l’hôpital, il a fallu 24 heures avant que Jiménez ne reprenne conscience aux soins intensifs, et a commencé à parler, ce qui, selon les médecins, est un bon signe.

Quand le «mort» s’est réveillé, il a demandé s’il pouvait voir sa femme.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!