Technologie

Facebook : l’entreprise va changer de nom

Facebook Inc. (FB.O), sous le feu des régulateurs et des législateurs à propos de ses pratiques commerciales, prévoit de se rebaptiser avec un nouveau nom axé sur le métavers, rapporte The Verge.

Le site de médias sociaux d’origine de la firme, Facebook , conservera probablement son nom, mais Facebook Inc, la société mère qui possède également Instagram et WhatsApp, changera de nom.  

Le président-directeur général Mark Zuckerberg prévoit de révéler le nouveau nom de la société mère lors de sa conférence annuelle Connect le 28 octobre, mais il pourrait être dévoilé plus tôt, selon The Verge.

Publicité

Ce changement de nom devrait permettre de positionner l’application de médias sociaux de Facebook comme l’un des nombreux produits relevant d’une société mère, qui supervisera des produits comme Instagram, WhatsApp, Oculus et d’autres.

Il permettra également d’éloigner la marque phare de la firme en matière de médias sociaux de toute mauvaise publicité future, le récent témoignage d’une dénonciatrice, Frances Haugen, ayant réussi à entacher les réputations de Facebook et d’Instagram.

Cette initiative pourrait également profiter à la réputation de l’entreprise, qui a subi coup sur coup ces dernières années.

Elle a été accusée d’avoir facilité la diffusion de fausses informations pendant l’élection présidentielle américaine de 2016, ce qui a suscité une série d’audiences du Congrès et de changements de politique, notamment l’introduction de vérificateurs de faits tiers et une plus grande transparence dans la publicité politique.

En 2019, la Federal Trade Commission a infligé une amende de 5 milliards de dollars à Facebook pour avoir permis à 87 millions de profils américains d’être récoltés pour des informations utilisées à des fins de publicité politique par la société britannique Cambridge Analytica.

Certaines de ces publicités ont été utilisées pour aider la campagne de 2016 de l’ancien président Donald Trump.

Plus récemment, Frances Haugen, une ancienne employée de Facebook, a publié au Wall Street Journal une foule de documents surnommés « Facebook Files. »

Les recherches internes montrent que Facebook a encouragé la division comme un moyen de garder les gens sur le site.  Elle montre également que l’entreprise savait qu’Instagram nuisait à l’image corporelle des jeunes filles et qu’elle a même essayé de réfléchir à des moyens de séduire les tout-petits en « explorant les rendez-vous de jeu comme levier de croissance. »

LIRE AUSSI: Instagram aurait des effets néfastes sur les adolescentes, selon une étude menée par Facebook

Haugen, qui a déposé anonymement huit plaintes contre son ancien employeur auprès de la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes, a déclaré à 60 Minutes au début du mois : « Facebook, encore et encore, a montré qu’il choisissait le profit plutôt que la sécurité. »

Publicité 2

Elle a affirmé qu’il a été constaté qu’un changement de 2018 donnant la priorité aux publications divisées, qui faisaient se disputer les utilisateurs de Facebook, a stimulé l’engagement des utilisateurs.

Cela a ensuite aidé les patrons à vendre plus de publicités en ligne qui ont vu la valeur du géant des médias sociaux dépasser les 1000 milliards de dollars.

Elle a également accusé Facebook d’avoir déclenché l’émeute du 6 janvier au Capitole.

Mme Haugen, qui a passé deux ans chez Facebook après avoir travaillé chez Google, Yelp et Pinterest, a témoigné devant le Congrès le 5 octobre.

Crédit photo : dailymail

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page