À la UneAsieEuropePolitique

Ukraine/ L’histoire d’une photo truquée: Bernard Henri-Lévy pris en flagrant délit de manipulation

Bernard Henri-Lévy semble avoir eu pour mission mondiale d’attiser les conflits. Ce français est passé maitre dans l’art de la manipulation grossière dans les guerres contemporaines. Après la Libye, il se signale en Ukraine. C’est lui qui ventile une photo d’un supposé père ukrainien qui mettrait sa fille à l’abri, en larmes, avant d’aller combattre le « diable » Poutine. Pourtant, l’analyse de cette photo démontre qu’il s’agit d’un fake savamment distillé.

Qui contrôle l’information, contrôle le monde, dit-on. C’est bien parce que celui qui contrôle l’information peut orienter vos émotions que cette citation est une vérité implacable. Dans les guerres modernes, cette assertion est plus que d’actualité. Toutes les guerres impliquent une bataille de l’information pour agir sur les opinions. En Irak, Saddam Hussein accusé de détenir des armes de destruction massive, a finalement été tué. En Libye, Kadhafi « tirait » sur des civils aux mains nues. Il a finalement été tué, etc.

Dans ces guerres, un homme a toujours pris une part importante dans le relais d’informations visant à émouvoir: Bernard Henri-Lévy. L’home apparait très souvent pour soutenir la propagande occidentale avant le passage à l’action. Dominique de Villepin, ancien Premier ministre, lui a d’ailleurs son activisme brumeux en Irak et en Libye. Normal, car l’homme semble y tirer un plaisir indicible. Il vient de récidiver en publiant une photo inappropriée à un fait, avec une légende à déchirer le cœur: la photo d’un père ukrainien qui met sa fille en lieu sur avant d’aller au front.

Mais grâce au CheckNews du journal Libération, la forfaiture de Bernard Henri-Lévy a été mise à nue. «Déchirant. Et leçon de bravoure. Cette famille ne rêve de rien de plus que d’avoir une vie de famille normale, libre et prospère. #StandWithUkriane» (faute d’orthographe incluse). Le compte cité dépeint la scène comme montrant «Un père ukrainien dit au revoir à sa fille avant de l’éloigner du danger. Il reste derrière pour se battre pour l’Ukraine. #RussiaInvadedUkraine», a écrit Bernard Henri-Lévy pour montrer son soutien à l’Ukraine.

Ukraine/ L'histoire d'une photo truquée: Bernard Henri-Lévy pris en flagrant délit de manipulation
Bernard Henri-Lévy, ce philosophe français excelle dans la manipulation

Sauf que cette effusion d’émotion surfaite procède d’une manipulation qui ne saurait prospérer. Bernard Henri-Lévy comme le New York Post, sont dans le faux. Pourquoi ? Parce que d’abord ces images ont été diffusées dans une qualité supérieure dès le 21 février. A cette date, la Russie n’avait pas encore attaqué l’Ukraine. Donc, il était anachronique qu’un père fasse ce geste. Mais, il y a d’autres éléments qui montrent la volonté de manipuler.

Selon Libération, la séquence a été initialement « présentée sur la messagerie Telegram dans un format horizontal, l’image intégrant un logo utilisé par le propriétaire du compte. Ce logo a curieusement disparu avec le redimensionnement de l’image au format carré. « La perte de qualité de l’image fait également disparaître d’autres éléments de contexte, comme les inscriptions présentes sur le van dans lequel monte la famille », ajoute le quotidien.

Mais, il y a pire. Cette photo a été publiée par Ivan Prikhodko, maire de la ville de Horlivka, dans le Donbass, à une cinquantaine kilomètres au nord-est de Donetsk. Lui, était en train de plaindre ses compatriotes qui fuyaient vers la Russie, du fait de la guerre que leur impose le pouvoir ukrainien. Rien à voir donc avec un Ukrainien qui fuirait Vladimir Poutine et ses hommes. Bernard Henri-Lévy et ses ouailles ont soigneusement biffé le message du maire de Horliva. Voici en substance le message authentique qui accompagne la photo originale.


«La guerre s’est à nouveau abattue sur la terre du Donbass, qui souffre depuis longtemps. Une guerre déclarée par le gouvernement ukrainien aux civils des républiques indépendantes du Donbass. Les habitants de Horlivka évacuent quotidiennement vers la Russie, fuyant l’agression ukrainienne. Aujourd’hui, nous avons assisté aux adieux touchants d’un chef de famille à sa femme et à sa fille, qu’il a vues partir pour la Russie», poursuit l’édile. «Cet homme, qui est resté dans la ville pour défendre la République contre les militaires ukrainiens, a accompagné sa famille en Russie, les larmes aux yeux, en espérant une rencontre rapide et l’établissement d’une paix durable et éternelle sur la terre du Donbass !»

Bernard-Henri Lévy écrivait avec beaucoup d’attrition que cette photo présentait : «Un moment émouvant, les larmes aux yeux : le chef de famille raccompagne sa femme et sa fille de Horlivka vers la Russie.» C’est ni plus un moins qu’une opération de manipulation de l’information qui a mal tourné, cette fois-ci.

Lire aussi: Exclusif/ Vladimir Poutine appelle l’armée ukrainienne à prendre le pouvoir

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page