Société

Abidjan/Crime odieux : Un père de famille lâchement assassiné à son domicile

Joaquim Compaoré, 40 ans, vivant à Abobo, une commune d’Abidjan, a été vulgairement tué par deux individus à son domicile. Les faits ont eu lieu, mercredi 11 janvier, au quartier Biabou-Moronou aux environs de 5 heures du matin.

Publicité

Ce jour-là, le quarantenaire, agent de bureau dans une scierie, se prépare à rejoindre son lieu de service. Mais la visite peu recommandable de deux individus encagoulés va précipiter le départ du pauvre homme dans l’au-delà. Les intrus pénètrent au domicile de Joaquim Compaoré en passant par la fenêtre de la salle de bain. Quand les malfrats atteignent l’intérieur de la maison, ils foncent tout droit dans la chambre de la servante. Ces redoutables bandits séquestrent la fille de ménage ainsi que les enfants du propriétaire des lieux âgés de 4 et 8 ans. Sans une autre forme de procès, ils ouvrent le feu sur Joaquim Compaoré qui s’écroule.

Au moment où le père de famille se vide de son sang, les voleurs prennent la poudre d’escampette sans rien emporter. Entre temps, les enfants et la bonniche sont enfermés dans la douche. Une fois les assassins partis, la servante et les mômes de l’agent de bureau font la macabre découverte. Atteint à la cage thoracique, l’agent de bureau succombe à sa blessure. Le père de famille était étendu dans une marre de sang sans vie. Les cris des occupants de la maison alertent les voisins qui accourent aussitôt. A leur tour, ceux-ci sont choqués quand ils découvrent Joaquim Compaoré mort. Les plus sensibles ne peuvent supporter la scène et sortent de la maison.

Ce crime horrible fait penser à un règlement de compte. Comment comprendre que ces meurtriers aient laissé la maison en l’état ? Par qui ont-ils été envoyés et pourquoi ? Voici autant d’interrogations auxquelles la police doit répondre. Un tel acte ne saurait être impuni.

Publicité 2


Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer