MondePeople

Affaire « Violences sur conjoint » : après sa garde à vue, Aya Nakamura rompt enfin le silence

La célèbre chanteuse franco-malienne Aya Nakamura et son compagnon Vladimir Boudnikoff se sont retrouvés dans une affaire de violences conjugales jusqu’à ce qu’ils soient placés en garde à vue le samedi 6 août dernier. Face à cette affaire qui a tant fait couler d’encre, la chanteuse a enfin décidé de briser le silence.

Placée en garde à vue pour  » violences réciproques sur conjoint «  le 6 août dernier, puis finalement libérée, Aya Nakamura a décidé de briser le silence pour donner sa version des faits.

Après la nouvelle de leur libération, une autre a créé le choc chez les fans de l’artiste. Une perquisition au domicile du couple a permis à la police de faire un bilan assez lourd. La police y aurait trouvé une arme factice, mais également une carabine, plusieurs plants de cannabis et 14 000 euros en liquide.

Très discrète depuis cette sombre histoire, l’interprète de «  Djadja «  a finalement brisé le silence le jeudi 11 août sur son compte Snapchat. Objectif, donner sa propre version des faits à ses fans.

 » Merci aux gens qui m’envoient des messages, mais je vais très bien, j’ai aucun jour d’ITT (incapacité totale de travail) , etc. ! « , a-t-elle écrit, d’entrée de jeu, avant d’ajouter : « Rien de grave mis à part la gav (garde à vue) qui est spéciale comme expérience. Mais bon en vrai on a cherché, on a trouvé hein, et la vie continue..« .

Affaire « Violences sur conjoint » : après sa garde à vue, Aya Nakamura rompt enfin le silence

Pour rappel, Aya Nakamura et Vladimir Boudnikoff avaient été placés en garde à vue au commissariat de Rosny-sous-bois (Seine-Saint-Denis) pour  » violence réciproques sur conjoint « .


Lire aussi : Cette vidéo d’une rencontre entre Jennifer Lopez et Ben Affleck met fin aux rumeurs

Ceci serait survenu après que la chanteuse ait été menacée par son compagnon d’une arme, avant qu’une dispute extrêmement violente ne se déclenche entre les deux. De ce fait, le couple sera jugé devant le tribunal correctionnel de Bobigny en novembre prochain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page