FootballSportUncategorized
A la Une

Allemagne/ Le Bayern Munich corrigé ( 5-0) par le Borussia Mönchengladbach

Habitué à gagner ses matches avec un score de grande ampleur, le Bayern Munich a cette fois subi une véritable gifle lors du deuxième tour de la Coupe d’Allemagne (0-5).

Sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach, les Bavarois n’ont tout simplement pas existé et ont sombré dans des proportions qu’on n’avait plus vues depuis décembre 1978. Comme la saison dernière, l’ogre allemand est éliminé de la compétition au même stade, c’est à dire au deuxième tour. Et les rêves de triplé s’échappent.

Qui l’y crût? Que ce Bayern de Munich si sensationnel soit corrigé par le Borussia Mönchengladbach. Incroyable mais vrai. Il n y a eu aucun suspense dans ce match. Le match avait à peine débuté quand, le Borussia Mönchengladbach était devant au tableau d’affichage. Kouadio Koné a profité d’un contre favorable après une défense approximative de Dayot Upamecano, qui a fêté son 23e anniversaire de la pire des manières, pour ouvrir rapidement le score (1-0, 2e).

Le jeune défenseur a été le symbole du naufrage de son équipe, en étant coupable de plusieurs errements qui ont offert des occasions franches à ses adversaires. Constamment dépassés dans les duels, les Bavarois ont vite encaissé un deuxième but, signé Ramy Bensebaini (2-0, 15e). Ce dernier a ensuite pris Manuel Neuer à contre-pied sur un penalty concédé fébrilement par Lucas Hernandez (3-0, 21e).

Même les supporters du Borussia n’en croyaient pas leurs yeux. Et alors qu’on s’attendait à une réaction du Bayern Munich après la pause, il n’en fut rien. Pire, Upamecano, jamais rentré dans cette rencontre, a encore multiplié les erreurs jusqu’à son remplacement logique (55e). L’une d’entre elles, consécutive à une mauvaise appréciation sur un ballon sans danger, a permis à Breel Embolo d’alourdir un peu plus la facture (4-0, 51e).


L’attaquant de Mönchengladbach, très actif, s’est même offert un doublé, en sanctionnant un très mauvais alignement de la défense du Bayern sur un ballon dans la profondeur (5-0, 57e). Le multiple tenant du titre n’avait plus perdu avec au moins cinq buts d’écart depuis décembre 1978.

L’équipe de Julian Nagelsmann avait pourtant le plein de titulaires notamment les cadres qui avait disputé la ligue des Champions et battus le Benfica la semaine écoulée de façon identique. C’est la très grosse sensation de ces huitièmes de finales. On note les qualifications du Borussia Dortmund et du RB Leizpig.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page