AsiePolitique

Amnesty International accuse le pouvoir syrien de crimes de guerre…Explications!

L’ONG Amnesty International incrimine le pouvoir syrien dans son rapport publié ce mardi 7 Février 2017.

Amnesty International accuse le pouvoir de Bachar El Assad d’avoir pendu quelques 13 000 personnes en cinq ans. Et ce, à Saydnaya, une prison gouvernementale près de Damas. L’organisation de défense des droits de l’Homme dénonce une “politique d’extermination” de la part du gouvernement.

Publicité

Un calvaire pour les détenus

Intitulé “Abattoir humain : pendaisons et extermination de masse à la prison de Saydnaya”, le rapport de Amnesty International se base sur des entretiens avec environ 84 témoins. Au nombre de ceux-ci, des anciens gardiens, des détenus et des juges.

Selon le rapport, deux fois par semaine entre 2011 et 2015 des groupes d’environ 50 personnes étaient  extraits de leurs cellules. Ces personnes faisaient l’objet de procès arbitraires, étaient battues puis pendues “en pleine nuit dans le secret le plus total”. “Tout au long de ce processus, ils restent les yeux bandés. Ils ne savent pas quand et comment ils mourront jusqu’à ce que la corde soit enfilée autour de leur cou”, reporte l’ONG.

Le salaire d’une opposition au pouvoir en place

La grande majorité des victimes étaient des personnes considérées comme des opposants au gouvernement du président syrien Bachar al-Assad.  Elles étaient torturées jusqu’à ce qu’elles meurent.

Des milliers de prisonniers sont détenus dans la prison militaire de Saydnaya. Saydnaya est l’un des centres de détention les plus importants du pays, situé à 30 km au nord de Damas. Amnesty accuse le gouvernement syrien d’y mener une “politique d’extermination”. Extermination car il torture régulièrement les détenus et en les privant d’eau, de nourriture et de soins médicaux.

Publicité 2


L’Organisation Non Gouvernementale avait indiqué précédemment que le nombre de personnes mortes dans les geôles du gouvernement en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011 était estimé à 17 700. Le chiffre de 13 000 morts dans une seule prison traduit donc une hausse significative.

Tags

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer