Monde

Monde: Un astronaute italien a failli mourir noyé dans son scaphandre…Il raconte

Cet astronaute italien a échappé à la mort,alors qu’il était en pleine mission. Luca Parmitano a décidé de raconter sa mésaventure sur son blog. Il raconte dans les détails le film de sa mésaventure lors d’une sortie écourtée à l’extérieur de la Station spatiale internationale.

Monde: Un astronaute italien a failli mourir noyé dans son scaphandre...Il raconte

Publicité

En effet les faits se sont produits le 16 juillet 2016. Ce jour-là, Les astronautes Luca Parmitano et Chris Cassidy ont écourté  en urgence leur sortie dans l’espace à l’extérieur de la Station spatiale internationale (ISS). Raison principale, une avarie a été constatée  dans le scaphandre autonome de l’astronaute italien.

Luca Parmitano racontant sa mésaventure sur son blog, révèle qu’il a bien failli mourir noyé à cause d’une fuite d’eau dans son casque. Le pilote de  l’air italien est parti en mission d’une longue durée  sur l’ISS le 28 mai 2016 pour l’Agence spatiale européenne (ESA). Mais, malheureusement,  l’incident du 16 juillet dernier survenu  seulement une heure et demie après le début de la deuxième sortie dans l’espace, a écourté les choses.

«La sensation inattendue d’avoir de l’eau sur la nuque me surprend et je suis dans un endroit où je préférerais n’avoir aucune surprise»,  racontait Parmitano sur son blog. Et d’ajouter « Je sens tout à coup que la température du liquide est trop froide pour être de la sueur et j’ai la sensation distincte qu’elle s’accroît en volume »

A l’en croire, aussitôt l’avertissement parvenu au centre, que l’ordre lui a été donné  de mettre un terme à la sortie.

Au moment où il voulut abandonner ses tâches et se diriger vers la station, «la sensation que l’eau augmente devient une certitude», raconte-t-il. L’italien fait savoir  qu’il a averti par radio son compagnon de sortie, l’astronaute américain Chris Cassidy, et la base de Houston.

«L’eau recouvre presque toute la partie frontale du viseur à laquelle elle adhère, réduisant d’autant ma vision», se souvient-il. À un certain moment, pendant son pénible retour vers la station, il se retrouve avec toute «la partie supérieure du casque désormais pleine d’eau».

Publicité 2

«Je ne sais pas si la prochaine fois que je respirerai, je réussirai à me remplir les poumons d’air ou de liquide. Je m’impose de rester calme et avec patience je cherche en tâtonnant les poignées (du sas de recompressions, NDLR) tout en pensant en parallèle à comment faire pour éliminer l’eau si elle devait arriver à la bouche», affirme l’italien.

Les combinaisons ont depuis été modifiées. L’eau qui circule dans la combinaison pour réguler la température est désormais potable, et une «paille» puisant de l’air au niveau des pieds doit permette aux astronautes de respirer quoi qu’il arrive.

Yao Junior L

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page