Société

Brésil: l’avortement d’une fillette de 10 ans violée par son oncle crée la polémique

Une fillette enceinte de 10 ans a dû être protégée par la police militaire lorsque des manifestants religieux en colère ont tenté de l’empêcher de se faire avorter dans un hôpital brésilien.

L’enfant, de Sao Mateus, aurait été violée par son oncle.

Elle a dit aux médecins que son oncle la violait depuis l’âge de six ans et qu’elle ne l’avait jamais dénoncé parce qu’il l’aurait menacée, selon le journal G1.

Publicité

La jeune fille a été découverte enceinte après avoir visité un hôpital, se plaignant de douleurs abdominales.

Son oncle, un homme de 33 ans non identifié , avait été arrêté et inculpé pour viol mais est en fuite, selon les médias brésiliens.

 La jeune fille a été forcée de se rendre dans un hôpital à plus de 900 miles de chez elle après que son propre établissement local ait refusé de la soigner, au milieu d’une bataille juridique hautement politisée qui a provoqué une indignation généralisée au Brésil.

Certaines personnes insistent pour que l’enfant garde sa grossesse, tandis que d’autres sont en faveur d’un avortement.

Les informations privées de la jeune fille et sa localisation auraient été divulguées en ligne après qu’elle ait demandé un avortement dans l’État d’Espirito Santo, dans l’est du pays.

Des manifestants religieux d’extrême droite ont convergé vers l’hôpital alors que la jeune fille devait se faire avorter le dimanche 16 août. Ils ont été filmés en train de lancer des insultes au personnel de l’hôpital et au chauffeur du taxi dans lequel se trouvait l’enfant alors qu’ils tentaient d’entrer.

Certains manifestants auraient même tenté de s’introduire par effraction dans l’hôpital de Pernambuco pour tenter d’empêcher la procédure de se poursuivre.

Selon G1, les manifestants ont été attirés à l’hôpital après que la militante anti-avortement de droite Sara Giromini ait publié le nom de la jeune fille et l’emplacement de l’hôpital dans une vidéo sur les réseaux sociaux.

Des militants pro-choix ont également afflué à l’hôpital dimanche pour défendre la jeune fille et assurer son passage en toute sécurité au milieu des manifestations bruyantes.

Brésil: l’avortement d’une fillette de 10 ans violée par son oncle crée la polémique

Paula Viana, qui a escorté l’enfant de l’aéroport de Recife à l’hôpital, a déclaré au Guardian qu’elle avait arrêté le taxi sur le chemin de l’aéroport, avait caché la petite fille dans son coffre et l’avait introduite clandestinement à l’hôpital par une entrée latérale alors que les manifestants manifestaient à l’extérieur.

Publicité 2

« C’est tout simplement incroyable que cela se passe au Brésil, cette partie de la population pense vraiment que l’avortement est pire que le viol», a déclaré Mme Viana, qui travaille avec le groupe de défense des droits des femmes Curumim.

Brésil: l’avortement d’une fillette de 10 ans violée par son oncle crée la polémique

« Mais nous n’avons pas été surpris car nous savons que nous avons un président qui soutient ces manifestations de haine. “

Les manifestants auraient tenté d’empêcher le directeur de l’hôpital d’entrer dans le bâtiment et de s’introduire par effraction jusqu’à ce que la police militaire soit appelée pour garder l’unité.

Brésil: l’avortement d’une fillette de 10 ans violée par son oncle crée la polémique

Selon la direction de l’hôpital, la jeune fille récupère bien après avoir subi la procédure.

En 2018, le pape François, avait comparé l’avortement à l’embauche d’un “tueur à gage pour éliminer quelqu’un”.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button