SantéSociété

COVID-19: le Brésil exhorte les femmes à ne pas tomber enceinte maintenant

Le Brésil a averti les femmes de retarder leur grossesse jusqu’à ce que le pire moment de la pandémie passe, affirmant que la variante du virus qui dévaste le pays sud-américain semble affecter les femmes enceintes plus que les versions antérieures du coronavirus.

La recommandation intervient alors que le Brésil continue d’être l’un des épicentres mondiaux de la pandémie, avec plus de Brésiliens mourant du virus chaque jour que partout ailleurs dans le monde.

Publicité

Les hôpitaux se déforment sous la pression et les stocks de médicaments nécessaires à l’intubation des patients gravement malades sont périlleusement bas, le Brésil se tournant vers des partenaires internationaux pour obtenir de l’aide pour les fournitures d’urgence.

« Si c’est possible, retardez un peu la grossesse jusqu’à un meilleur moment », a déclaré un responsable du ministère de la Santé, Raphael Parente, lors d’une conférence de presse vendredi.

Il a déclaré que la recommandation était en partie due au stress affectant le système de santé, mais également à la variante brésilienne plus facilement transmissible connue sous le nom de P1.

« L’expérience clinique des spécialistes montre que cette nouvelle variante agit plus agressivement chez les femmes enceintes», a déclaré Parente.

« Auparavant, les cas de Covid-19 pendant la grossesse étaient concentrés sur le dernier trimestre et la naissance, alors que récemment, il y a eu des cas plus graves au deuxième et parfois au premier trimestre », a-t-il déclaré. 

La variante P1, découverte pour la première fois dans la ville amazonienne de Manaus, est rapidement devenue dominante au Brésil. 

On pense que c’est un facteur majeur derrière une vague massive d’infections qui a porté le nombre de morts dans le pays à plus de 350 000 – le deuxième plus élevé au monde derrière les États-Unis.

Publicité 2

L’épidémie au Brésil touche de plus en plus les jeunes. Les données des hôpitaux montrent qu’en mars, plus de la moitié de tous les patients en soins intensifs étaient âgés de 40 ans ou moins.

Jair Bolsonaro, le président, s’est opposé au confinement et a organisé de grands événements dans lesquels il ne porte souvent pas de masque.  Il n’a adopté que récemment les vaccins comme solution possible, mais le déploiement de l’inoculation a été entaché de retards et d’objectifs manqués pour faire vacciner les gens.

La flambée des cas de Covid-19 a également laissé les hôpitaux à court de sédatifs nécessaires pour les patients nécessitant une ventilation mécanique.

LIRE AUSSI: Emouvant: un patient COVID-19 mourant réconforté par une «  fausse main  » pour ne pas se sentir seul

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page