Culture & LoisirsShowbiz
A la Une

Davido : “Je serais milliardaire en dollars si je travaillais avec mon père”

La star nigériane d’Afrobeat, David Adedeji Adeleke, plus connu sous le nom de scène Davido, dans un extrait d’une interview, a déclaré qu’il serait déjà devenu milliardaire en dollars s’il n’était pas musicien et travaillait avec son père.

L’interview de Black Box sera diffusée plus tard sur la chaîne YouTube de Bounce Radio et Davido en profite pour faire quelques confidences.

Publicité

La critique clichée sur la façon dont son père milliardaire est la raison de son succès en tant que musicien a évidemment exaspéré le chanteur.

Son dernier single intitulé FEM, qui signifie se taire, était destiné à des personnes qui pensent que son succès repose sur la richesse de sa famille.
La chanson a été étiquetée comme une chanson contre le musicien Burna Boy, parce que dans la chanson, l’auteur déclare ce qui suit : “dites à Odogwu que nous aimons faire la fête”. Pour certains, ces bouts de phrases vont à l’encontre de Burna Boy puisque celui-ci porte le titre Odogwu.

Pendant ce temps, Davido dans la nouvelle interview a déclaré qu’il n’avait pas besoin de détester qui que ce soit parce qu’il n’avait pas vraiment besoin de musique pour être financièrement stable.

«Je n’ai à haïr personne. Si je ne faisais pas de la musique aujourd’hui je serais riche, tous mes frères et sœurs sont plus riches que moi. C’est vrai je serais riche si je vais travailler pour mon père”, a t-il déclaré avant de poser la question suivante, “savez-vous combien de centrales nous avons? “.

Il a ajouté qu’il avait décidé de poursuivre une carrière dans la musique parce qu’il aimait le métier et rien d’autre.

Publicité 2

Regardez la vidéo de son interview ci-dessous…

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page