Afrique

Gambie : détention provisoire de l’ex-chef de l’Agence du renseignement…Explication!

L’ancien chef de l’Agence nationale  de renseignement (NIA)  gambien, Yankuba Badjie, a été arrêté et placé en détention provisoire. L’homme n’est plus à la tête de cette institution depuis début février dernier, puisqu’il a été limogé par le nouveau président Adama Barrow peu après sa prise de fonction.

L’annonce de son arrestation remonte à mardi dernier, selon une source policière. A en croire certaines informations, M Yankuba Badjie a été interrogé sur des affaires survenues durant la période pendant laquelle il a dirigé la NIA.

Gambie : détention provisoire de l'ex-chef de l'Agence du renseignement...Explication!

Plusieurs accusations sont portées contre la NIA par les populations et l’actuel gouvernement. L’agence de renseignements est accusée de détentions arbitraires, de disparitions, d’arrestations et de tortures de journalistes ainsi que d’opposants à l’ex président Yahya Jammeh, actuellement en exil en Guinée Equatoriale.

La NIA, écrit Rfi,  « est synonyme de terreur en Gambie. Et une partie de l’ancienne opposition soupçonne d’ailleurs Yankuba Badjie d’être personnellement impliqué dans la mort en avril dernier de l’opposant Solo Sandeng, l’un des responsables de l’UDP. »

Selon nos confrères de l’Agence France Presse,  plus d’une vingtaine de partisans favorables à M Jammeh ont été arrêtés le 18 février 2017  par la police avant d’être inculpés mardi dernier  pour « perturbation de l’ordre public ». Leur faute c’est d’avoir « attaqué le 18 février à Kafenda, une localité proche de Kanilai (village natal de M. Jammeh à une centaine de km à l’est de Banjul) des partisans de M. Barrow qui revenaient de sa fête d’investiture».

Toujours selon notre source,  « les 25 partisans faisaient partie d’un groupe de 51 personnes, dont 26 mineurs, qui ont été libérés par la police. »


Rappelons qu’Adama Barrow a été investi à Dakar dans les locaux de l’ambassade de la Gambie où il avait été auparavant accueilli à la demande de l’Afrique de l’Ouest par crainte pour sa sécurité. Le 18 février dernier, a été investi sur le stade de l’indépendance de la Gambie lors de la fête de l’indépendance de ce pays. Plus d’une vingtaine de chefs d’Etat étaient présents

Yao Junior L

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page