À la UneMondePolitique

Haïti/ 4 assassins du président abattus: la Police déclare la guerre au reste du Commando

Les évènements qui ont conduit à l’assassinat crapuleux du président Moise Jovenel à Haiti s’éclairent d’un jour nouveau. La horde d’assassins qui a exécuté le chef de l’Etat n’a pas pu s’enfuir au complet. Parmi eux, quelques uns ont rejoint l’au-delà de la même façon dont ils ont tué Jovenel.

Le commando qui a mené l’expédition mortelle contre Moise Jovenel a perdu quelques membres dans l’opération. Selon les informations en provenance de Haïti, quatre assassins présumés ont été abattus et deux autres arrêtés après que le président haïtien a été tué.

Leon Charles, chef de la police haïtienne, a déclaré que ses hommes avaient « bloqué » un gang de tueurs à gages qui essayaient de fuir après avoir exécuté le président Jovenel. Dans la nuit, trois policiers ont été pris en otage par les « mercenaires » à un moment donné, mais ont ensuite été libérés, indique le chef de la Police.  Qui ajoute qu’un nombre indéterminé de mercenaires est toujours en fuite. « Ils seront tués ou arrêtés », a-t-il menacé.

L’assassinat est survenu au milieu des troubles politiques en Haïti avec des opposants à M. Moise essayant de le forcer à quitter ses fonctions, affirmant que son mandat de cinq ans était expiré. M. Moise a déclaré en février qu’il avait survécu à une autre tentative d’assassinat, la qualifiant de « coup d’État ».

Quant à Martine Moise, la première dame d’Haïti, qui a été grièvement blessée dans l’attaque – une balle dans la jambe et le bras, et grièvement blessée à l’abdomen et à la main – elle a été transportée par avion à Miami pour y être soignée. Bocchit Edmond, l’ambassadeur d’Haïti aux États-Unis, a qualifié les assassins de «mercenaires étrangers et de tueurs professionnels», et Joseph a déclaré que certains membres du gang seraient originaires de Colombie et du Venezuela.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page