Israël : Menacés d’expulsion, les migrants africains optent pour la prison

0
Dans un centre de détention du désert du Néguev en Israël, les migrants africains menacés d’expulsion ont déclaré qu’ils préfèrent être emprisonnés plutôt que d’être envoyés dans un pays inconnu, rapporte timesofisrael.

« Je n’irai pas là-bas », a déclaré Abda Ishmael, un érythréen de 28 ans, à Holot, un établissement abritant quelques 1 200 migrants enfermés depuis le 1er avril dans le cadre de la politique d’expulsion du gouvernement.

« Les gars qui étaient ici et sont allés au Rwanda et en Ouganda, nous avons vu ce qui leur est arrivé », a souligné Ishmael.

Publicité

Israël a mis en place une mesure pour l’expulsion des milliers d’africains, pincipalement des Érythréens et des Soudanais qui sont entrés illégalement au fil des ans. Ils ont moins de 60 jours pour quitter le pays.

Le gouvernement israélien propose de les reloger dans un pays tiers non identifié, certains affirmant que ce sera le Rwanda ou l’Ouganda.

Ceux qui décident de partir d’ici la fin de mars recevront une prime en espèces de 3 500 dollars.

Cette décision a suscité des critiques de la part de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, y compris des survivants de l’Holocauste qui affirment que le pays a un devoir spécial de protéger les migrants.

Les Érythréens d’Holot disent que le Rwanda et l’Ouganda n’ont aucune perspective pour eux, et qu’ils préfèrent être emprisonnés en Israël, plutôt qu’entreprendre un autre voyage dans l’inconnu.

Ishmael, arrivé en Israël en 2011 après un voyage périlleux depuis l’Érythrée, a entendu parler du sort des autres immigrants envoyés au Rwanda ou en Ouganda.

Ces derniers ont fait face à des difficultés dans leurs nouvelles maisons et ont continué à prendre des routes dangereuses vers l’Europe dans l’espoir de gagner le statut de réfugié.

« Nous connaissons des personnes qui ont été tuées alors qu’elles se rendaient en Libye, qui sont mortes de faim et sont mortes de soif dans le désert », a-t-il déclaré.

Publicité


Pour Shishay Tewelde Medihin, âgé de 24 ans, le Rwanda et l’Ouganda sont des « pays de la mort ».

Il a critiqué l’offre faite aux migrants en échange de leur expulsion. Tewelde Medihin a déclaré qu’il préfère rester « indéfiniment » dans la prison de Saharonim, où les migrants devraient être envoyés s’ils refusent de partir.

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

---
#####: US
X