À la UneAfrique
A la Une

La Sierra Leone vend sa forêt tropicale à la Chine

La Sierra Leone a vendu 100 hectares de plage et de forêt tropicale protégée à la Chine pour la construction d’un port de pêche industrielle. L’accord, d’une valeur de 55 millions de dollars, a été conclu par les deux pays en dépit des protestations des défenseurs de l’environnement, rapporte The Guardian.

Selon le journal britannique, des groupes de défense des droits, des propriétaires terriens et des défenseurs de l’environnement ont décrit le projet de construction du port sur la plage de Black Johnson comme « un désastre humain et écologique catastrophique ». Deux groupes juridiques ont écrit au gouvernement pour demander à voir les études d’impact environnemental.

Publicité

L’Institute for Legal Research and Advocacy for Justice (ILRAJ) et Namati Sierra Leone veulent que le gouvernement démontre que la plage était la plus appropriée pour la construction « en termes de bathymétrie, de garanties sociales et de questions environnementales. »

En vertu de la loi sierra-léonaise de 2013 sur le droit d’accès à l’information, les groupes demandent à voir une copie de l’accord de subvention entre la Chine et la Sierra Leone.

Les demandes des groupes font suite aux affirmations du gouvernement sierra-léonais selon lesquelles la plage était l’endroit le plus approprié pour la construction du port. Un communiqué du ministère de la Pêche indique qu’une composante de gestion des déchets visant à recycler les déchets marins et autres en produits utiles sera construite dans le cadre du projet. Dans un communiqué de presse, le gouvernement a également indiqué qu’une indemnisation de 13,76 milliards de leones (1,3 million de dollars) avait été prévue pour les propriétaires terriens touchés.

« Le communiqué de presse était très vague. Nous nous sommes demandés comment nous en sommes arrivés là et pourquoi nous n’en entendons parler que maintenant. Nous avons le droit d’en savoir plus », a déclaré Basita Michael, avocat de l’ILRAJ, au Guardian.

James Tonner, un Sierra-Léonais qui possède des terres à Black Johnson avec sa mère, a demandé au président du pays d’arrêter le projet, car il pourrait être désastreux pour l’environnement du pays et la planète en général. La forêt tropicale abrite des espèces menacées telles que l’antilope duiker et les pangolins, et les eaux sont riches en sardines, barracudas et mérous.

M. Tonner a lancé une page de crowdfunding pour financer une révision judiciaire de l’accord, selon The Guardian.

Publicité 2

Pendant ce temps, la ministre de la Pêche de la Sierra Leone, Emma Kowa Jalloh, a déclaré que les gens font des histoires à propos du projet, insistant sur le fait que rien de fâcheux n’était fait.

Elle a également expliqué que le projet était construit avec une subvention du gouvernement chinois et des fonds propres de la Sierra Leone sous forme de terrains.

Crédit photo : theguardian

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page