DiversSociété
A la Une

L’Angolais qui a eu 281 enfants avec 47 femmes décède à 73 ans – photos

Environ un millier de personnes en deuil ont les directives du président angolais João Lourenço interdisant les grands rassemblements – afin de limiter la propagation du coronavirus – pour rendre un dernier hommage à Francisco Tchikuteny Sabalo, l’homme qui a engendré 281 enfants avec 47 femmes sur l’île de Mungongo en Angola, le 19 avril dernier.

L'Angolais qui a eu 281 enfants avec 47 femmes décède à 73 ans - photos

Selon la Voice of America (VOA), Sabalo, également connu sous le nom de Pai Grande, ou Big Dad, était un polygame populaire. Cependant, 125 de ses enfants l’ont précédé dans la tombe, le laissant avec 156 enfants survivants et 250 petits-enfants.

Publicité

Pai Grande, décédé à l’âge de 73 ans après avoir lutté contre le cancer de la prostate pendant plus d’un an, a d’abord été emmené dans la capitale du pays, Luanda, ainsi que dans d’autres lieux de traitement, mais a été renvoyé chez lui lorsque son état de santé s’est aggravé pour garantir que «si Dieu l’appelle, au moins il mourrait à côté de ses enfants et de leurs mères », a déclaré l’un de ses fils.

L'Angolais qui a eu 281 enfants avec 47 femmes décède à 73 ans - photos

Père de famille dévoué et personnalité respectée dans sa communauté, Pai Grande a été décrit comme « un être humain complet » qui était un défenseur de l’éducation.

S’adressant à VOA en 2015, Sabalo, qui a déclaré qu’il souhaitait que certains de ses enfants entreprennent une carrière dans les sciences et la technologie, avait révélé qu’il dépensait plus de 1500 $ en fournitures scolaires par an.

L'Angolais qui a eu 281 enfants avec 47 femmes décède à 73 ans - photos

Trois de ses filles étudient actuellement les sciences médicales et deux fils apprennent l’informatique, tous au niveau secondaire.

Les hommages des autres membres de la famille et de la communauté ont également afflué pendant les funérailles, sa première femme jurant de faire tout ce qu’elle peut pour garder la famille unie selon le souhait de son mari.

Publicité 2

« Je ferai n’importe quoi pour garder nos enfants en bonne santé et unis », a-t-elle dit à VOA.

La famille de Pai Grande vit de l’agriculture de subsistance, de la culture et de l’élevage. Ils recoltent également des revenus de leurs ventes.

Il était « un être humain complet » qui appréciait la famille et défendait l’éducation, a déclaré un orateur pendant le service, tenu sous des auvents de protection solaire sur Giraul do Meio aride, connue localement sous le nom de Mungongo Island, près de la ville portuaire sud de Namibe.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page