Divers

« Ma famille m’a rejetée pour avoir épousé un Kényan »

Lorsque Yuka Itakura a rencontré Nick Mwashimba pour la première fois en Angleterre, elle pensait que c’était un homme arrogant qui ne savait pas comment traiter les autres avec respect.

Ils poursuivaient tous deux leurs masters dans des filières différentes, mais se rencontraient pendant leur cours de musique parce qu’ils étaient tous deux membres du même groupe de musique.

Publicité

Lors d’une interview accordée au média en ligne kényan, Tuko, Yuka et Nick ont parlé de leur parcours depuis qu’ils se sont connus il y a plus de dix ans. Au départ, tout n’était pas rose, car Yuka venait d’une famille séparée au Japon, n’avait jamais connu l’amour d’une famille et avait souvent envisagé le suicide.

« Je suis née dans une famille malheureusement séparée. Mon père était ingénieur, mais il était très violent. Il battait sa femme et ses enfants. Nous avons grandi en voyant notre mère torturée » raconte-t-elle.

« Nous avons aussi été abusés verbalement et cela m’a fait perdre confiance en moi. J’étais convaincue que je n’étais bonne à rien. Que je n’allais pas réussir dans la vie », a-t-elle ajouté.

Ce n’est que lorsqu’elle a appris que des enfants mouraient de faim en Afrique, en 2000, qu’elle a décidé de retourner à l’école pour suivre un master en aide humanitaire à Londres.

C’est là que l’ancienne bouddhiste et maintenant chrétienne a rencontré Nick, qui poursuivait à l’époque un master en ingénierie audio et était à la tête du groupe de musique de l’église qu’ils fréquentaient tous les deux. Ils n’ont pas beaucoup échangé et Yuka est partie au Nigeria pour faire ses recherches. Nick suivait ce qu’elle faisait par le biais de ses publications sur Facebook, mais n’a jamais manifesté d’intérêt pour elle.

Les deux se sont revus lors de leur remise de diplôme et c’est à ce moment que Nick a exprimé pour la première fois son intérêt pour Yuka et lui a dit qu’il serait heureux qu’elle devienne son épouse. Les amoureux ont commencé leur histoire et avant qu’ils ne se rendent compte, elle a rendu visite à sa famille au Kenya où elle a été reçue chaleureusement.

Nick a demandé Yuka en mariage devant ses élèves à l’école où il enseignait la musique. « C’était devant environ 300 élèves et collègues. Il m’a appelée devant, s’est agenouillé, m’a présenté une bague et m’a demandé si je voulais l’épouser », se souvient la jeune femme.

De retour au Japon, la relation de Yuka avec ses parents se détériorait de plus en plus après qu’elle leur a dit que non seulement elle avait un petit ami kényan, mais qu’elle était déjà fiancée.

« Ma mère m’a complètement rejeté quand je lui ai dis que j’avais un petit ami kényan. Elle m’a dit que je pouvais épouser n’importe quel homme sauf un Africain. »

Publicité 2

 Cela n’a pas empêché les amoureux de construire leur relation et pendant un an, ils ont travaillé dur pour s’assurer qu’ils surmonteraient tous les obstacles qui se présentaient à eux.

Un an plus tard, elle a réussi à retourner au Kenya tout en travaillant avec une ONG et c’est alors qu’ils ont organisé leur mariage. Aujourd’hui, le couple a deux belles filles et dirige sa propre école de musique avec des étudiants du monde entier.

Crédit photo : tuko

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page