Coronavirus

Madagascar : les hôpitaux débordés par les cas de Covid-19 quelques mois après l’annonce de la découverte d’un remède

Madagascar est devenu l’un des pays au centre des débats depuis le début de la pandémie. Le pays a suscité beaucoup de controverses dans le monde entier après avoir annoncé la découverte d’un remède contre le coronavirus.

Le président Andry Rajeolina a fait largement distribuer à la population un remède à base de plantes, baptisée Covid-Organics, développé à l’Institut Malgache de Recherches Appliquées (IMRA). Cependant, quelques mois plus tard, il semble que ledit remède n’était qu’une merveille de neuf jours.

Les choses sont devenues incontrôlables et la situation ne cesse d’empirer. Les hôpitaux publics de la capitale malgache, Antananaviro, sont submergés par l’afflux de patients atteints de Covid-19. Le nombre de malades ne cesse d’augmenter et les lits commencent à manquer. Les hôpitaux ont donc décidé d’admettre uniquement les patients présentant les symptômes graves de coronavirus.

Le site d’information Bloomberg rapporte que cinq hôpitaux publics de la capitale Antananarivo ont annoncé qu’ils ne pouvaient plus faire face à l’afflux de patients.

« on ne reçoit plus que des cas graves », a déclaré mardi à l’AFP le directeur de l’hôpital Andohotapenaka Nasolotsiry Raveloson.

« Le nombre de cas augmente de plus en plus, alors pour une bonne prise en charge des malades, on ne prend que les cas graves. Il ne reste plus que quatre places disponibles », a-t-il ajouté.

La situation n’est pas différente à l’hôpital Josephe Raseta Befelatanana. « On est encore débordé, impossible de libérer des places pour l’instant », a expliqué le directeur de l’établissement, le professeur Mamy Randria.

La capitale a été mise en quarantaine par le président Rajoelina lorsqu’un pic de nouveaux cas a été enregistré. Cette mesure se prolonge jusqu’au week-end prochain (26 juillet).


Le gouvernement a continué à investir massivement dans le domaine médical pour aider à combattre le virus. Le président Rajoelina a annoncé que 1000 ventilateurs allaient être offerts aux hôpitaux et aux centres de santé ainsi que des EPI pour les travailleurs de première ligne.

Un centre de traitement COVID-19 – CTC a également été ouvert à Ivato. « Il fournira des soins appropriés aux personnes présentant des symptômes graves de COVID-19, tels que la détresse respiratoire. 55 agents y sont affectés pour un total de 400 patients », a révélé le président dans un tweet le 10 juillet.

Crédit photo : financialafrik

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page