À la UneAfriquePolitique

Maroc / Après la mort horrible de 25 migrants entre le Maroc et l’Espagne, l’Union Africaine brise le silence

L’Union Africaine a finalement produit un communiqué pour dénoncer le traitement inhumain qu’ont subi certains migrants africains dans l’enclave de Melilla entre le Maroc et l’Espagne. Les images du traitement sauvage de ces migrants par la police marocaine fait froid dans le dos. Des sévices atroces ayant causé la mort de certains, quand d’autres ont été tués dans leur tentative de rejoindre l’Eldorado européen.

Le Président de la Commission de l’Union Africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat a exprimé son indignation et celle de l’institution panafricaine, à la vue des images révoltantes de policiers marocains maltraitant des migrants qui tentaient de rejoindre l’Europe. Cette traversée a coûté cher à ces migrants. Certains ont trouvé la mort dans leur chute et d’autres sont morts après avoir été battus et torturés par des policiers marocains.

« J’appelle à une enquête immédiate sur cette affaire et rappelle à tous les pays leurs obligations, aux termes de la loi internationale, à traiter tous les migrants avec dignité et à faire porter leur priorité sur leur sécurité et leurs droits humains, tout en réfrénant tout usage excessif de la force », a écrit le chef de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat.

Aux migrants maltraités et aux survivants de la barbarie des forces de l’ordre du Maroc, Moussa Faki Mahamat a dit toute sa compassion. « J’exprime ma profonde émotion et mon inquiétude face au traitement violent et dégradant de migrants africains cherchant à traverser une frontière internationale entre le Maroc et l’Espagne », dit-il sur son compte Twitter.


Au moins 25 migrants ont péri dans cette traversée vers l’Europe. 140 policiers marocains auraient été blessés, selon les autorités marocaines. Qui indiquent que lors de cette tentative d’entrée en Europe, ce sont au moins 2.000 migrants dans l’enclave espagnole de Melilla, en territoire marocain, qui sont passés à l’acte.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page