Musique

Musique/Affaire plagiat : Maître Gims répond aux accusations sur son clip

Maître Gims et Vianney sont accusés de plagiat dans leur clip « la même ».

Charlotte Abramow , photographe et réalisatrice de profession a dénoncé les deux artistes sur son compte twitter les accusant d’avoir reproduit le concept de sa vidéo ‘’les passantes ‘’.

En effet, le 8 mars dernier, à l’instar de la Journée internationale des droits des femmes, la photographe bruxelloise a présenté une succession de tableaux de femmes de toutes les cultures.

Publicité

Sa vidéo avait pour objectif de faire réfléchir le public sur la place, les droits et les libertés des femmes dans nos sociétés.

L’affaire traîne depuis le 23 mai 2018 et jusque-là aucun des artistes n’avait réagi face à l’accusation de la réalisatrice.

Mais aujourd’hui le Maître congolais vient apporter des éclaircissements.

Sur son compte Instagram le chanteur a posté une image mettant en comparaison les différentes scènes des deux clips.

https://instagram.com/p/BjLOIQwB3Ga/?utm_source=ig_embed

Il a ajouté à ses images, Un petit texte avec un ton ironique comme celui employé par la dame au moment du post.

La jeune femme avait publié huit plans de son clip « les Passantes » de Georges Brassens et huit plans du clip de « La Même » pour montrer aux internautes abonnés à son compte d’après elle, les mêmes textures entre les vidéos.

« Bah c’est la même du coup, non ? », question ironique qu’avait demandé Charlotte sur le réseau social, avec un clin d’œil au titre de la chanson du duo.

Emeraude ASSAH

 

Tags

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer