MondePolitique
A la Une

Nana Addo à l’ONU: « Cette guerre affecte directement nos vies en Afrique »

Le président Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a exprimé ses préoccupations quant à l’impact de la guerre russo-ukrainienne sur le continent africain.

Selon le dirigeant ghanéen, ce conflit a compromis la sécurité alimentaire de l’Afrique, provoquant une perturbation des importations de produits de base.

S’exprimant lors de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le mercredi 21 septembre 2022, il a déclaré que la guerre a eu un impact sur les économies des pays africains, dont le Ghana.

Il a noté qu’alors l’Afrique continue de subir les conséquences de la COVID-19, la Russie a envahi l’Ukraine, aggravant la situation déjà difficile.

« Ce n’est pas seulement la consternation que nous ressentons en voyant une telle dévastation délibérée de villes et de villages en Europe en 2022 ; nous ressentons cette guerre directement dans nos vies en Afrique. Chaque balle, chaque bombe, chaque obus qui touche une cible en Ukraine touche nos poches et nos économies en Afrique », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le taux d’inflation n’augmente pas seulement au Ghana, mais que c’est également le cas dans certains pays développés, notamment au Royaume-Uni et aux États-Unis.

La tourmente économique, dit-il, est mondiale et l’inflation est l’ennemi numéro un cette année. Ces derniers mois, elle a atteint son plus haut niveau depuis 40 ans aux États-Unis et au Royaume-Uni. La zone euro connaît une inflation record.

« Dans plusieurs pays africains, les taux d’inflation sont trois à quatre fois supérieurs à ce qu’ils étaient il y a seulement deux ans. Au Ghana, nous connaissons l’inflation la plus élevée depuis 21 ans. Le coût élevé des denrées alimentaires touche surtout les pauvres, notamment ceux des villes. »


Il a souligné que les retombées de la hausse des taux d’intérêt par les banques centrales pour lutter contre l’inflation ont été graves au-delà des frontières, car les investisseurs mondiaux retirent leur argent des économies en développement pour l’investir dans des obligations du monde développé.

« Cela a entraîné une dépréciation des monnaies et une augmentation des coûts d’emprunt, ce qui signifie que nous devons mobiliser et dépenser davantage de nos propres devises pour assurer le service de nos dettes extérieures en dollars américains. »

Crédit photo : unnews

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!