Divers

« Ne vivez pas avec votre femme après 50 ans, vous mourrez prématurément » : un pasteur tanzanien aux hommes

Un pasteur a conseillé aux hommes qui veulent vivre longtemps de trouver un moyen de se séparer de leur femme après 50 ans.

L’homme de Dieu tanzanien a affirmé que les hommes qui ont passé chaque mois de chaque année à vivre avec leur femme sont morts avant leur temps. « 51 ans n’est pas un âge pour rester proche de sa femme, vous mourrez tôt », a déclaré le pasteur, cité par Tuko.co.ke.

Il a expliqué que les querelles et les reproches incessants que les hommes doivent subir de la part de leurs épouses sont une recette pour une mort prématurée. Il a déploré le fait qu’un couple puisse vivre en harmonie et apprécier la compagnie de l’autre, et que soudainement, la femme commence à comparer son mari avec d’autres hommes et le force à imiter leur style de vie tape-à-l’œil.

D’après lui, de telles pressions entraînent la dépression chez les hommes, surtout lorsqu’ils atteignent la cinquantaine et plus. Quant à savoir comment il a réussi à maintenir son mariage, l’homme de Dieu a déclaré : « Je me bats avec ma femme grâce aux prières et à l’argent que je lui donne. Donnez-lui tout ce qu’elle veut, et vous vivrez longtemps. »

Il a poursuivi en conseillant aux hommes de se faire beaucoup d’argent alors qu’ils n’ont pas encore atteint la cinquantaine, puis de construire une maison séparée quelque part en dehors du domicile conjugal pour servir de refuge en cas de problèmes avec leur femme.

Selon lui, si l’homme quitte le domicile conjugal pour aller vivre ailleurs, la femme elle-même le cherchera et la paix reviendra alors à la maison.

Crédit photo : tuko

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page