AfriqueNigeriaSécuritéSociété

Nigeria/ Boko Haram revendique l’enlèvement de centaines de lycéens

Le mardi 15 décembre 2020, l’organisation djihadiste Boko Haram a revendiqué l’attaque d’un lycée par une centaine d’hommes armés au Nigéria. Plus de 300 adolescents sont portés disparus depuis.

Au moins 333 adolescents sont portés disparus depuis le week-end passé au Nigeria. Une centaine d’hommes armés et à moto ont attaqué dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 décembre une école située dans la ville de Kankara, au nord-ouest du pays.

Publicité

Cette attaque vient d’être revendiquée par le groupe djihadiste Boko Haram avec à sa tête son leader, Abubakar Shekau. Ce dernier a adressé le mardi 15 décembre un message vocal de propagande qui revendique l’attaque ainsi que le kidnapping de centaines de lycéens.

« Je suis Abubakar Shekau et nos frères sont derrière l’enlèvement à Katsina », affirme-t-il dans cet enregistrement. Le chef de Boko Haram avait déjà été responsable de l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok, au nord-est du pays, en 2014, suscitant à l’époque une vague d’indignation mondiale.

Cette annonce marque un tournant extrêmement important dans la propagation de l’influence des groupes djihadistes dans le nord-ouest du Nigeria.

En réponse à cette attaque, le président Muhammadu Buhari a ordonné le renforcement de la sécurité dans toutes les écoles. Dans l’État de Katsina où s’est déroulée l’attaque , les établissements scolaires ont tous été fermés.

Pourtant, cet enlèvement avait été attribué à tort à un groupe armé de nommé les « bandits » au Nigeria. Ces derniers sont réputés dans cette région pour terroriser la population avec des kidnappings contre rançons. 

Publicité 2

De plus, l’armée nigériane a affirmé, le lundi, avoir localisé « le repère des bandits« , ajoutant qu’une opération militaire était en cours. Depuis 2015 et l’élection de Muhammadu Buhari, la situation sécuritaire s’est largement dégradée dans le nord du pays.

La revendication de l’attaque par Boko Haram constitue une surprise. En effet, le groupe djihadiste opère de nature dans le nord-est du pays, autour du lac Tchad, et à plusieurs centaines de kilomètres du lieu de l’enlèvement.

Boa Akon

Hello ! Je suis Boa Jules Akon, journaliste sportif et culturel, lisez mes articles sur Afrikmag, merci.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page