AfriqueDivers

Ouganda : Un Américain arrêté pour agression raciste contre un employé d’un hôtel (vidéo)

La police ougandaise a arrêté un Américain après avoir visionné une vidéo le montrant en train de frapper un employé d’un hôtel et de proférer des insultes racistes.

Publicité

Identifié comme Jimmy L. Taylor, ce dernier affirme être un missionnaire. L’agression présumée a eu lieu à l’hôtel Grand Imperial à Kampala. La vidéo de l’incident a été publiée sur les réseaux sociaux vendredi dernier.

Dans la vidéo, on peut voir Taylor frapper un employé, le traitant de nègre, l’ordonne de lui obéir, l’accuse de blasphème et menace de le tuer.

« Va te faire foutre Ouganda », crie Taylor dans la vidéo. « Je suis venu pour aimer l’Ouganda, je suis venu pour aider l’Ouganda, mais l’Ouganda déteste Jésus grâce à ce fils de p*te. »

« Vous obéissez à ce que je dis. Je ne vous obéis pas. Vous me comprenez? Ouvrez ma foutue chambre chien! », poursuit-t-il

Taylor est en détention au poste de police central de Kampala. Il est accusé d’agression. Selon Kampala Post, Taylor a déclaré à la police qu’il est un missionnaire religieux et un ancien marine américain. Il affirme que son comportement a été provoqué par une maladie qui lui cause beaucoup de stress.

Crédit photo : azcentral

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

3 commentaires

  1. Un pauvre blanc agressé un noir sur sont propre territoire, et pire lui adresser encore les propos racistes ? ? ?? ? ?
    Walaï je jure sur la tête de tout les africains qui subissent le racisme dans le tiers monde que j’aurai déjà tuer se blanc avec des coups, et j’attendrai encore leur intervention internationale là.
    #HBK_PRODUCTION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page