Justice

”Sourate corona”: une Tunisienne sévèrement sanctionnée pour avoir parodié le Coran

La question est sensible, c’est connu de notoriété. Mais croyant à une période de coronavirus où tout devrait être permis certainement, une internaute s’est amusée à partager le Coran musulman dans une publication qu’elle a nommé “sourate corona”.

Le 14 juillet dernier, une tunisienne a été condamnée à six mois de prison. La cause : elle aurait partagé le 4 mai dernier, une publication dénommée ” Sourate corona” parodiant le Coran.

Publicité

La jeune femme de 27 ans, Emna Charki a été condamnée pour « atteinte à la religion et d’incitation à la haine » après avoir partagé deux paragraphes enluminés comme le texte sacré musulman.

“Il n’y a pas de différence entre rois et esclaves, suivez la science et laissez les traditions”, mentionne le texte qui indique ensuite ceci : “ainsi parle le grand Jilou”, un nom de divinité inventé. Convoquée dès le 5 mai par la police Emna Charki est finalement inculpée pour “atteinte au sacré”, “atteinte aux bonnes mœurs et incitation à la violence”.

Elle devra écoper une peine maximale de six mois de prison ferme et s’acquitter d’une amende de 2 000 dinars soit 650 euros d’amende. La nouvelle condamnation attise le débat évoqué en Tunisie sur la liberté d’expression concernant la religion en Tunisie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page