R.D Congo

RDC: Disparition d’un casque bleu tanzanien

En décembre dernier, la base de Semuliki, dans l’est de la RDC, a subi une attaque meurtrière. Depuis, un soldat des Casques bleu a disparu. La mission des Nations unies en république Démocratique du Congo, a déclaré ce mercredi 28 février rechercher ce soldat tanzanien.

La Force de la Monusco continue ses efforts visant à rechercher les traces d’un Casque bleu tanzanien, porté disparu lors de l’attaque de la base onusienne de Semuliki le 7 décembre 2017 “, a déclaré le commandant Adil Esserhir, un porte-parole militaire de la Monusco lors d’une conférence de presse.

Publicité

Cette force a lancé un appel aux témoins détenant toute information pouvant mener au soldat disparu ou à une preuve de vie, a expliqué l’officier.

Le 7 décembre, une attaque contre la base de l’ONU à Semuliki dans la province du Nord-Kivu (est de la RDC) a fait quinze morts et une quarantaine de blessés. Il s’agit de la pire attaque contre des Casques bleus en 24 ans. Selon l’ONU les responsables de cette attaque sont des membres présumés des ADF (Allied Democratic Forces), un groupe armé ougandais musulman actif dans le Nord-Kivu, frontalier de l’Ouganda.

Les autorités congolaises et la Monusco accusent les ADF d’avoir tué plus de 700 civils dans la région de Beni et ses environs depuis octobre 2014. La Monusco est présente en RDC depuis 1999. Elle est la plus grosse mission de paix de l’ONU, avec quelque 17.500 militaires et policiers déployés en raison des conflits armés dans l’Est du Congo.

Jaures Nguessan

Bonjour, je suis Jaurès Nguessan. J'aime les voyages et les découvertes. Vous pouvez retrouver mes articles dans les rubriques d'actualités politiques, sportives, culturelles également dans les faits de sociétés. abraham.nguessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page