Burkina Faso

Burkina Faso : Séparation réussie pour deux bébés siamois…La mère s’exprime!

Deux bébés siamois âgés de deux semaines mais qui  sont reliés par l’abdomen peuvent désormais vivre séparément. Ils ont été opérés avec succès à Ouagadougou. Une opération qui donne un ouf de soulagement aux parents des siamois. Cette opération réussie, est à mettre à l’actif  de deux chirurgiens et quatre autres anesthésistes travaillant dans le centre hospitalier universitaire pédiatrique Charles de Gaulle de Ouagadougou

Burkina Faso : Séparation réussie pour deux bébés siamois...La mère s'exprime!

Publicité

L’opération a duré plus d’une heure. Mais au finish,  Roukiatou et Latifatou Ouédraogo qui ont vu le jour  le 09 novembre dernier à Manga (120 km, sud), vont bien. De sources médicales,  l’équipe chirurgicale afin de préparer l’opération, a eu recours à une simple échographie abdominale.

« L’échographie a montré que ce sont les deux foies des bébés qui étaient accolés. Chacune ayant son propre foie et son vésicule biliaire, elles ont eu plus de chance d’être sauvées toutes les deux », a expliqué Dr Christelle Douamba.  Avant d’ajouter qu’ ‘’au cours de l’intervention on a juste sectionné la zone d’accolement des deux foies’’

 »Les deux jumelles sont désormais indépendantes et pourront sortir de l’hôpital, dans les prochains jours », dit-elle.

Publicité 2

Si l’équipe médicale d’après les diagnostics n’a pas trouvé d’inconvénient dans cette opération, la mère des bébés siamois, par contre n’avait pas le cœur tranquille: « Au début, je ne pensais pas que les enfants allaient survivre. C’est le jour de leur naissance que nous avons su qu’elles étaient collées. Pendant la grossesse, je n’ai pas fait d’échographie. C’est par césarienne que j’ai accouché. Les médecins ne m’ont pas présenté les enfants après la naissance. C’est le lendemain après que les bébés aient déjà été évacuées à Ouagadougou, qu’ils m’ont montré les photos. J’ai eu très peur en imaginant que ce sont des bébés comme ça qui étaient dans mon ventre. Je me demandais si elles allaient survivre. Les membres de la famille n’ont pas manqué de me dire que de toute leur vie, ils n’avaient jamais vu une chose pareille.
Quand les médecins ont réussi à les séparer, j’étais vraiment contente, parce que je ne pensais pas qu’elles pourraient survivre. Aujourd’hui, elles se portent bien. Elles tètent et prennent aussi le biberon. » explique la mère des jumelles, Zénabou Ouédraogo qui compte désormais 9 enfants.

« La naissance d’enfants siamois reste un événement exceptionnel. Accusés d’être des génies, la plupart des siamois sont abandonnés ou décèdent dans les premières heures après la naissance dans ce pays où le taux de mortalité infantile avoisine 75‰ « , écrit koaci.
Yao Junior L

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page