CAN 2017Sport

CAN 2017-Quarts de finale : Bataille de Lions…

Sénégal-Cameroun… la vengeance est un plat qui se mange froid. Les Lions de la Teranga n’ont jamais oublié, ce soir du 10 février 2002. Finale de la CAN. Le Sénégal est au sommet de ses performances en coupe d’Afrique. Dans l’équipe sénégalaise, un certain Aliou Cissé, aujourd’hui, sélectionneur national. Aliou Cissé n’a rien oublié d’un match qui a livré son verdict aux tirs au but. (3-2) pour le Cameroun après un match sans buts.

Aliou Cissé avait raté son tir. Grand moment de solitude. Moment de tristesse. Si en 2002, les deux équipes étaient équilibrées ou presque dans leurs lignes, Aliou Cissé la joue humble en 2017 : « *Le Cameroun est favori. Ils ont de très bons joueurs. Ils ont un entraîneur expérimenté. Moi je suis un jeune entraîneur. Le Sénégal doit se mettre à niveau par rapport au Cameroun.* ». Le sélectionneur sénégalais transfère la pression sur ses adversaires pour mieux protéger ses joueurs.

Publicité

Les Lions de la Téranga ont fait la meilleure impression au premier tour. Un groupe compact, très concentré, efficace. Leader de la Poule B, avec 7 points sur 9 possibles, les partenaires de Sadio Mané ont marqué au moins deux fois par match. Le joueur de Liverpool a lui-même marqué son petit but à chaque match. Il a été mis au repos lors de la dernière journée.

Le Sénégal, c’est une très bonne défense avec un gardien bien rassurant. Une défense qui a de la baraka aussi. Elle plie mais ne rompt pas. Un milieu de terrain travailleur, accrocheur, pas très technique mais qui laisse très peu d’espaces à l’adversaire. Et puis une attaque qui varie en fonction des offensives. Le Sénégal utilise les couloirs, des centres et les deux buts de Sadio Mané, le premier face à la Tunisie, le deuxième face au Zimbabwe, sont caractéristiques du jeu des Lions de la Teranga. Couloir, centre au second poteau, étoile filante dans le dos de la défense adverse. Pour ce match contre le Cameroun, les appréhensions sont grandes.

Les Lions Indomptables ont des entames de matches laborieuses mais restent de grands compétiteurs. Ils n’ont plus la qualité de leurs devanciers, mais benjamin Moukandjo et ses partenaires savent aspirer les adversaires, les amener au point de rupture. Les journalistes sénégalais ne se trompent pas : « *C’est un match à résultat direct. Il n’y a plus de calcul possible. Si le Sénégal à son niveau, il n’y a pas de craintes à se faire* », soutient le journaliste Khalifa Babacar N’diaye.

Côté camerounais, la presse met le sélectionneur devant ses responsabilités : elle reproche à l’entraineur, la mauvaise utilisation des joueurs, notamment les attaquants : *« Le groupe dispose de ressources techniques, tactiques et d’expériences capables de rivaliser avec n’importe quelle autre équipe. Mais la mauvaise gestion du groupe peut jouer contre les Lions Indomptables qui ont choisi de fragiliser leur meilleur duo offensif, Clinton Njié et Aboubacar Vincent.* ». Hugo Henri Broos lui, se veut serein. « *Trois équipes en trois matches ? Je ne vois pas où est le problème. Je ne regarde pas les noms de joueurs mais la disposition tactique.* ».

Sénégal-Cameroun, quatrième opposition entre les deux pays en coupe d’Afrique des nations. Seule victoire des Lions de la Téranga, en 1990 en Algérie (2-0). En 1992 et en 2002, les Lions du Cameroun se sont montrés Indomptables.

Publicité 2

Sénégal-Cameroun à 19 H Gmt au stade de l’Amitié à Libreville.

                                                                                                                     Fernand Dedeh

Articles similaires

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page