Asie

Inde : une femme violemment battue par sa belle-famille. La raison vous choquera

C’est à coups de battes de hockey, qu’une femme de 35 ans a été violemment battue par la famille de son mari.

La raison, le 14 juillet 2017, elle a donné naissance à une petite fille, alors que sa belle-famille souhaitait un petit garçon. Elle a donc entamé des violences physiques.

Publicité

Ainsi, Meena, la femme de 35 ans, a d’abord été frappée par son beau-frère, et ensuite par un ami de ce dernier à coups de battes de hockey.

Dans la vidéo filmée par un voisin, et diffusée sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir Meena se blottir contre un mur. La femme crie de douleur, mais les hommes continuent à la battre.

Les images ont créé l’indignation des internautes. Selon plusieurs journaux indiens, Meena avait déjà été battue à plusieurs reprises. Elle avait également déjà porté plainte contre sa belle-famille, rapporte le quotidien britannique Metro.

La dot en Inde

En inde, la dot est donnée à la future mariée afin de l’aider à démarrer sa nouvelle vie de famille.

Souvent, cette dot est assortie d’une clause supplémentaire concernant la naissance d’un enfant.

Et cette clause fait référence au sexe de l’enfant que la belle famille souhaiterait avoir.

Ainsi, de nombreuses femmes sont, chaque année, abusées ou tuées par leurs belles-familles autour des dots. Celles-ci sont illégales, mais elles sont toujours en pratique.

Daljit Singh, le mari de la victime, son frère Kamaljeet et son ami Gaurav, ont été mis en examen pour coups et blessures.

Emeraude ASSAH

 

Tags

Emeraude Assah

Je suis Emeraude ASSAH, journaliste professionnelle en exercice sur le territoire ivoirien. Merci de suivre mes actualités en politique, société etc... J'adore cuisiner et voyager! emeraudeassah@Afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer