Musique

Musique: Une ancienne chanteuse des Pussycat Dolls fait des révélations troublantes

Le vendredi dernier, Kaya Jones, ancienne chanteuse des Pussycat Dolls a fait de graves révélations sur Twitter. Dans ses messages, elle a raconté son expérience au sein du groupe qu’elle qualifie de réseau de prostitution.

Après le monde du cinéma touché par le scandale du harcèlement sexuel, c’est au tour de l’industrie de la musique. Ce vendredi 13 octobre, Kaya Jones, une ancienne chanteuse des Pussycat Dolls a fait des révélations sur Twitter.

Membre des Pussycat Dolls de 2003 à 2005, Kaya a tweeté « Ma vérité. Je n’étais pas dans un groupe de filles, j’étais dans un réseau de prostitution. Oh, et par la même occasion nous chantions et étions célèbres pendant que ceux à qui nous appartenions faisaient de l’argent ».

Publicité

« A quel point c’était grave ? Les gens demandent. Suffisamment grave pour que je tourne le dos à mes rêves, aux autres membres du groupe et à un contrat de 13 millions de dollars. Nous savions que nous allions finir à la première place ». « Je veux que la mère de l’enfer explique pourquoi une fille d’un de ses groupes s’est suicidée ? Expliquez aux gens comment vous nous avez brisées », a-t-elle ajouté.

« Pour être membre d’une équipe, vous devez jouer avec l’équipe. Cela veut dire coucher avec les gens qu’ils veulent. Sinon ils n’ont rien à tirer de vous ».

« Pourquoi n’exposons-nous pas ces faits ? Parce que nous sommes tous victimes. J’ai personnellement été prévenue. Si je balance… Vous savez, vous finissez soit mort, soit votre carrière est terminée ».

Des révélations démenties par la chorégraphe et fondatrice du groupe Robin Antin. Elle a qualifié ces mensonges de dégoûtants et accuse Kaya Jones d’être à la recherche de ses 15 minutes de gloire.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page