Divers

La mystérieuse lettre haineuse du FBI à Martin Luther King avant son assassinat

Martin Luther King est connu comme étant l’une des plus grandes figures de la lutte pour la liberté des Noirs aux USA. Assassiné en 1968, il a passé plusieurs années à lutter de toutes ses forces pour que le Noir puisse être accepté comme un citoyen à part entière, avec tous ses droits. En face de lui, le système ségrégationniste ne lui rendait pas la tache facile. Les services secrets étaient chaque jour à ses trousses, l’espionnaient dans le but de le faire tomber.

Ils avaient réussi, par le biais du FBI, à obtenir quelques informations compromettantes du militant noir. Un agent secret le menaçait par des lettres et des appels intempestifs, afin qu’il jette l’éponge et rende les armes. Il voulait pousser King au suicide. le FBI est l’expéditeur. Le pasteur y est décrit comme «un diable, une bête anormale». La lettre était censée faire croire qu’elle avait été envoyée par un militant du mouvement des droits civils, faisant notamment référence à «nous, les Noirs». Virulente, écrite sur une page, la missive commence sur ces mots «complet imposteur», «boulet», «diable», «bête»…

Mais King est resté impassible, et il n’a pas abandonné, jusqu’à ce qu’une balle vienne en finir avec lui, le 4 avril 1968 à Memphis à l’âge de 39 ans. Voici un extrait de cette lettre du FBI à l’endroit de Martin Luther King.

Selon le «New York Times», la lettre a été écrite par un adjoint de Hoover, William Sullivan, et envoyée à Martin Luther King, accompagnée d’un enregistrement audio prouvant que le pasteur avait une liaison extra-conjugale.

La mystérieuse lettre haineuse du FBI à Martin Luther King avant son assassinat

Traduction:

« Au regard de ton bas niveau, de ton comportement personnel répugnant, je ne ferai pas l’honneur de gratifier ton nom d’un ‘Monsieur’, d’un ‘Révérend’ ou d’un’ Docteur’. Tout ce que ton nom de famille m’évoque est le type de rois comme Henry VIII, ses innombrables actes et sa conduite plus immorales que celle d’une bête.
King, sois honnête. Tu sais que tu es un imposteur et un gigantesque fardeau pour nous les Nègres. Les Blancs dans ce pays ont beaucoup d’imposteurs parmi leurs rangs, mais je suis sûr qu’ils n’en ont pas un seul qui t’arrive à la cheville dans ce domaine. Tu n’es pas un saint et tu le sais. Je te répète que tu es un immense imposteur et que tu es mauvais et vicieux par-dessus le marché. Tu ne peux pas croire en Dieu et agir comme tu le fais. Il est clair que tu n’as aucun principe moral.
King, comme tous les imposteurs ta fin est proche. Tu aurais pu être notre plus grand leader. Même dès ton plus jeune âge tu as montré que tu n’étais pas un leader, mais un imbécile dépravé et sans aucune morale. On va devoir se tourner vers nos vieux leaders comme Wilkins, un homme de caractère et Dieu merci, nous en avons d’autres comme lui. Mais tu es fini. Tes ‘diplômes honorifiques’, ton prix Nobel (quelle mauvaise blague) et tes autres récompenses ne te sauveront pas. King, je te répète que tu es fini.


Personne ne peut résister aux faits, même pas un imposteur de ton espèce. (…)

King, tu es foutu. Le public américain, les organisations religieuses, protestantes, catholiques, juives et tous les autres qui t’ont soutenu sauront ce que tu es. Une bête immonde et immorale. Tu es fini. King, tu n’as plus qu’un seul choix. Tu sais ce que c’est. Tu as 34 jours pour le faire (ce nombre a été choisi pour une raison particulière). Il n’y a plus qu’une seule voie pour toi. Tu ferais mieux de la choisir avant que ton personnage dégoûtant, répugnant et dépravé ne soit mis à nu devant tout le pays. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!