DiversMonde

Pakistan: forcée au mariage, une pakistanaise assassine 13 personnes

Mariée contre sa volonté en septembre dernier dans le village de Valvati, district de Muzaffargarh (Pendjab, centre), une jeune pakistanaise a reconnu avoir versé du poison dans le lait de son époux, a déclaré Owais Ahmad, le responsable de la police locale, à la presse.

Après son arrestation, la jeune femme a reconnu les faits. Sur les raisons de son acte, elle se dit profondément exaspérée d’avoir été envoyée en mariage par force et contre sa volonté. C’est en guise de vengeance qu’elle a commis le pire.

Publicité

Heureusement, le mari n’a pas bu son lait. Mais treize autres personnes qui ont eu l’occasion de consommer ce lait de fabrication artisanale sont passées de vie à trépas. Quatorze autres personnes ont été hospitalisées et sont sous soins intensifs, comme l’a indiqué le responsable de la police M. Ahmad.

La police a arrêté Asiya Bibi, ainsi qu’un homme et sa tante, reconnus complices, et les accuse du meurtre”, a-t-il poursuivi. Le responsable de la police fait savoir par ailleurs que l’homme était l’amant secret de Mme Bibi et c’est la tante de la jeune mariée qui était le cerveau du meurtre.

Il faut dire que les mariages forcés, surtout ceux des mineures sont fréquents au Pakistan, principalement dans les provinces pauvres et rurales de ce pays conservateur. Des centaines de femmes sont tuées chaque année dans des “crimes d’honneur“. Malgré les campagnes de sensibilisation sur la lutte contre les mariages forcés et précoces, le Pakistan continue de jouer la carte de la conservation de cette pratique barbare.

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer