SantéSociété
A la Une

Santé : un parasite mortel a «sauté» du gorille à l’homme

Une séquence d’événements rares et malheureux a permis à un type mortel de paludisme chez les gorilles de “sauter” d’espèces en espèces et d’attaquer les humains, selon des scientifiques.

Des centaines de milliers de personnes meurent chaque année du paludisme et du Plasmodium falciparum – le type étudié par les chercheurs – est à l’origine de la plupart des cas.

Publicité

Les grands singes africains étaient l’hôte du parasite. Mais des experts ont découvert qu’une mutation génétique fortuite il y a environ 50 000 ans en avait fait une menace pour l’homme.

Piqures de moustiques

Les résultats, publiés dans la revue PLoS Biology, pourraient aider à découvrir de nouveaux moyens de lutter contre le paludisme, espèrent les chercheurs du Wellcome Sanger Institute.
Le paludisme est causé par un parasite qui pénètre dans le sang lorsqu’un moustique infecté pique des humains – ou des animaux.

Il existe de nombreuses souches de parasites et l’une des plus importantes, qui ne concerne plus que l’homme, est le Plasmodium falciparum. Les chercheurs ont annoncé que les gorilles avaient quitté leur hôte à peu près au même moment que la première migration d’humains en dehors de l’Afrique, il y a environ 40 000 à 60 000 ans. Ils ont étudié la constitution génétique de différents types ancestraux de parasite du paludisme, en se concentrant notamment sur un gène appelé rh5 – le code vital de l’ADN qui permet au paludisme d’infecter les globules rouges humains.

Les médecins sont très intéressés par le développement de nouveaux vaccins antipaludiques.

Les chercheurs pensent qu’il y a des milliers d’années, deux types de parasite du paludisme ont infecté un gorille et qu’ils ont échangé du matériel génétique entre eux.

L’auteur principal, le Dr Gavin Wright, a déclaré: “C’était un événement très rare qui avait provoqué tant de morts et de maladies chez l’homme. Nous avons été assez surpris par les résultats. C’était très satisfaisant car c’est logique avec beaucoup d’autres recherches qui ont été effectuées. »

Publicité 2


Il fournit cette explication moléculaire sur la façon dont la contamination aurait pu se produire.

« Rh5 est actuellement un important vaccin contre le paludisme au stade sanguin. Si nous pouvions obtenir davantage d’informations sur ce gène, cela pourrait vraiment nous aider à lutter contre cette maladie.”

Il a ajouté que les chances que le parasite se transforme à nouveau soient bientôt “très très minces”, bien que théoriquement possibles.
Près de la moitié de la population mondiale est exposée au paludisme. La plupart des cas et des décès surviennent chez de jeunes enfants en Afrique subsaharienne, causés par le Plasmodium falciparum.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer