AfriqueSociété

Tontine sexuelle: Un mal silencieux qui ronge la jeunesse ouest-africaine

Ce phénomène a été constaté au Sénégal, au Bénin et il fait son bonhomme de chemin aussi en Côte d’Ivoire. En effet, de plus en plus dans les écoles et lycées de l’Afrique de l’Ouest, un nouveau concept a fait surface chez la jeunesse: la tontine sexuelle. AfrikMag met la lumière sur ce sujet dans cet article.

 

Publicité

Le concept

Le concept varie légèrement selon les personnes. En Côte d’Ivoire par exemple, c’est une tournante. en effet, des hommes âgés viennent vers ces filles là et proposent de coucher avec elles. Alors, dans le groupe, une fille est choisie pour coucher avec l’homme en question. Au retour, l’argent qu’elle a eu, elle le donne à une autre fille. Ensuite, le lendemain, celle qui a reçu l’argent la veille, lorsqu’elle revient de sa “partie de jambes en l’air”, remet à son tour son argent à une autre. Et ainsi de suite.

Au Bénin et au Sénégal, l’activité varie légèrement. En effet, il y a un système de mises. Ces mises commencent par 5000F CFA. Certaines des filles souscrivent le double ou même le triple.
Tout dépend de la capacité de l’intéressée à supporter plusieurs rapports sexuels dans la journée. Et la tontine se fait chaque jour ou chaque semaine selon les cas». A la tête de ces pseudo-associations, une matrone ou une jeune fille est responsabilisée dans le lot.

 

Quelle désolation !

Le concept de tontine sexuelle est un mal parmi tous ceux qui minent la jeunesse africaine. Les raisons sont multiples: la dislocation de la cellule familiale, la pauvreté, la perte de valeurs etc.

Les parents et les gouvernements ont démissionné sur plusieurs plans. Il est grand temps que les choses changent car le développement que l’Afrique espère ne vient qu’avec de bonnes valeurs. C’est sans compter tous les dangers auxquels ces jeunes filles s’exposent chaque jour.

 

Eunice KOUAME

Crédit photo: Koaci

Tags

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

22 commentaires

  1. Je vis au Bénin et malheureusement bien que méconnu du grand public, ce phénomène existe bel et bien. De source étatique (une amie travaillant dans une structure de l´Etat Béninois en relation avec différentes ONG internationales dans la sous région) ce fléau gagne du terrain. Elle m’en a parlé la semaine dernière et comme plusieurs j’etais Dubitatif…jusqu’a Ce qu’elle me présente des chiffres. 😳 ! C’est effarant. Nous avons besoin de sensibiliser nos‘ jeunes à des valeurs fortes et bonnes. Que chaque parent et tuteur prennent leurs responsabilités à commencer par nos jeunes gens eux mêmes !

  2. Tout cela est possible avec le brassage ethnique. L’Afrique a perdu ses valeurs avec ce brassage. Si on ne revient un peu en arrière, on risque d’épouser nos soeurs sans s’en rendre compte.
    Pauvre Afrique, réveille toi.

  3. Vous êtes combien à dire jamais entendu. Donc il es encore rare. Je ne sais pas mais je crois pas. Faites bien vos recherches. Merci

  4. Est – ce vrai ce concept ?? Je ne crois pas 💄. Faudrait pas qu’on nous attribu toutes sortes de choses dans notre continent africain.
    Smk27

    1. Moi je suis un Béninois et vivant dans une ville béninoise mais je n’ai jamais appris ce concept de Tontine sexuelle. C’est vraiment dommage si ce phénomène est vrai

      1. Vraiment c’est un mal qui ronge nos jeunes filles qui s’adonnent à ces pratiques pas du tous bon pour leurs avenir tôt ou tard
        Que bon dieu facilite la compréhension a ces personnes qui la pratiquent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer