Uncategorized

Devoir de mémoire: Le massacre du Black Wall Street

Quelques jours après le meurtre de George Floyd, aujourd’hui 1er Juin marque les 99 ans du Massacre du Black Wall Street. Afrikmag revient sur cet événement classé comme l’épisode de violence raciale le plus meurtrier de l’histoire des États-Unis.

Le contexte historique

Dans les années 1920, le contexte historique des États-Unis était particulièrement tendu. En effet, le pays bien que vainqueur de la première guerre mondiale avait subi de grandes pertes. Cette période a coïncidé avec la renaissance du Ku Klux Klan, une société secrète terroriste suprémaciste blanche fondée entre 1865 et 1866.

Ce contexte aura pour effet d’amplifier les tensions sociales et favoriser un retour en force de la haine raciale.

Publicité

Bien que la communauté noire ait obtenu la citoyenneté en 1865 et le droit de vote pour les hommes, les injustices perduraient. En effet, il y avait fréquemment des lynchages et plusieurs Etats empêchaient les Noirs d’accéder à des fonctions publiques.

C’est dans cette atmosphère que la ville de Tulsa en Oklahoma s’est mise à prospérer. Marginalisés, les Noirs se sont mis à consommer les produits de leurs frères de couleur. Le quartier de Greenwood où vivaient les Noirs était si prospère économiquement qu’on l’appela le « Negro Wall Street » ou encore le «Black Wall Street». Malheureusement cette prospérité eut pour effet d’agacer les Blancs.

Devoir de mémoire: Le massacre du Black Wall Street

Le massacre du Black Wall Street

Le massacre de Tulsa débuta le week-end du Memorial Day.

Dick Rowland, se rendant à l’immeuble abritant les seules toilettes du quartier réservées aux Noirs, a écrasé par mégarde le pied de Sarah Page, une téléphoniste blanche. Il fut alors mis en détention. Des rumeurs sur le fait que Dick Rowland se ferait lyncher se répandirent, attirant des hommes noirs au poste de police pour empêcher cela. Il survint une confrontation entre Noirs et Blancs devant le poste de police. Suite à des coups de feu, douze personnes trouvèrent la mort dont dix Blancs et deux Noirs.

La nouvelle des tueries se propagea dans la ville telle une traînée de poudre, attisant les violences. C’est ainsi que des milliers de Blancs dont de nombreux adeptes du Ku Klux Klan envahirent le quartier de Greenwood cette nuit-là. Ils mirent le feu au quartier, détruisant des commerces et des habitations. Ils tuèrent également plusieurs Noirs qui essayaient de fuir les flammes.

Les témoignages faisaient état de la présence de policiers et de gardes nationaux parmi les émeutiers. Ces derniers auraient tiré à coups de mitraillette sur la communauté noire et largué des bâtons de dynamite par des avions.

Devoir de mémoire: Le massacre du Black Wall Street

Bilan

L’estimation en 2018 faisait état de plus de 31 millions de dollars de dégâts matériels au Black Wall Street.

Selon une commission ayant examiné le dossier, le bilan s’élèverait de 100 à 300 morts. Une estimation que la découverte de plusieurs charniers –dont l’un avec plus d’une centaine de corps– pourrait faire revoir à la hausse.

Publicité 2

Environ 10 000 Noirs se retrouvèrent sans abri.

Réparations du Massacre du Black Wall Street

L’État fédéral d’Oklahoma, en juin 2001, a adopté une loi intitulée « 1921 Tulsa Race Riot Reconciliation Act ». Cette loi contrairement aux recommandations de la commission d’enquête accordait seulement:

  1. Plus de 300 bourses d’études supérieures accordées aux descendants des résidents de Greenwood.
  2. Création d’un mémorial pour ceux qui sont morts dans les émeutes. Le 27 octobre 2011, le “Parc réconciliateur” de John Hope Franklin a été inauguré en 2010 en l’honneur d’un historien afro-américain originaire de Tulsa.
  3. Développement économique à Greenwood.

*Le devoir de mémoire est une expression qui désigne et postule l’obligation morale de se souvenir d’un événement historique tragique et de ses victimes, afin de faire en sorte qu’un événement de ce type ne se reproduise plus.

Eunice Kouamé

Je suis Eunice KOUAME, une jeune femme passionnée de lecture, de développement personnel et de relations humaines en général. J'aime voyager, rigoler, cuisiner et surtout écrire. Vous pourrez consulter mes articles dans les rubriques conseils, couple, relations, actualités, inspiration, politique et chroniques( mon nouveau bébé ;) ) eunice.kouame@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page