Côte d'Ivoire

ELECTIONS TOUR: « Ahmadou Salif N’diaye: « Notre priorité, la justice sociale à Cocody. »

A Cocody, comme sur l’ensemble du territoire Ivoirien, les élections municipales auront lieu le 13 octobre prochain. Ahmadou Salif N’diaye, ASN pour ses amis, fait partie des jeunes cadres qui arrivent à la politique par la force des choses, par les incapacités des hommes politiques classiques à tenir les engagements pris devant les citoyens. Parce que les hommes politiques de métier ne répondent plus aux attentes des populations, les « loups » sortent du bois.
Âgé de 38 ans, marié sans enfant, diplômé de l’EDEC Paris, il entend appliquer à l’administration publique, les principes et gestions du privé pour réconcilier élus et électeurs sur la base d’un programme clairement défini et des engagements pris pendant la campagne.

« Ahmadou Salif N’diaye: « Notre priorité, la justice sociale à Cocody. »

Q1- Vous étiez plutôt connu comme un militant de la société civile. Personne ne vous a vraiment pas vu venir dans la compétition pour la commune de Cocody. Et vous y êtes. Comment cela a été préparé?

Cela fait un peu plus d’un an que je réfléchis à mon projet de candidature. Un projet motivé essentiellement par un constat: les politiques ne répondent plus aux attentes des populations et que le défi du développement d’une commune comme celle de Cocody est aussi autant un défi managérial qu’un défi politique. Moi, je me définis comme un manager, je me définis comme quelqu’un, ayant une expérience dans le secteur privé, peut apporter une autre manière de gérer à notre commune. J’espère pouvoir être élu pour mettre en application mes idées.

Publicité

Q2- On constate que chacun des candidats a une histoire avec Cocody. Chacun est enfant de Cocody, chacun est manager, chacun aime Cocody. Mais personne ne veut se mettre avec son frère ou sa sœur de Cocody. Ça s’explique comment, une dynamique démocratique ou à Cocody, chacun veut être maire?

Je pense que nous avons des perceptions différentes, des approches différentes aussi. Nous avons également des expériences différentes. Pour moi, se mettre ensemble est une bonne chose. Il faut se mettre ensemble autour d’un projet commun. C’est que nous devons nous accorder sur un certain nombre de bases qui peuvent nous permettre d’aller dans la même direction. Nous n’arrivons malheureusement pas à nous entendre sur la feuille de route. Cela explique que nous avons plusieurs candidats. Ce qui en soit n’est pas mauvais puisque cela donne aussi, un choix plus large aux populations.

Q3- Pour ce qui vous concerne en particulier, quels sont les grands axes sur lesquels vous comptez vous appuyer pour impulser le développement de Cocody?

Cocody, est selon moi, une commune qui est emblématique du rêve ivoirien. Et pourtant, je ne suis pas un nostalgique de Cocody parce que le visage actuel de la commune est très différent de ce qu’il était il y a quelques années. Simplement, parce que la population a augmenté, les besoins sont devenus plus importants et que malheureusement, la commune n’a pas été pensée suffisamment à l’avance.
Aujourd’hui, il faut penser Cocody pour le présent mais aussi pour le futur. Les conditions de succès sont liées à plusieurs choses. Nous mettons en priorité, la notion de justice sociale. À l’intérieur de Cocody, on trouve des populations qui sont dans des situations très diverses, économiquement et socialement. Il faut que tout le monde se sente habitant, à part entière, de Cocody. Avec les mêmes chances de réussir, les mêmes accès aux services de base et les mêmes prestations au niveau administratif. C’est sous le sceau de la justice sociale que nous plaçons notre mandat si nous sommes élus. Une fois que ce travail sera fait, cela nous permettra de positionner ensuite Cocody pour l’avenir. À long terme, nous voyons Cocody comme un centre d’excellence pour l’économie numérique. Une cité dédiée aux industries du savoir, une cité également dédiée aux industries culturelles. Parce que nous pensons que c’est là, la vocation de Cocody. Cocody n’est pas une cité industrielle, elle n’a pas une vocation capitalistique mais elle a plutôt une vocation à développer des industries de l’esprit.

Q4- Pour beaucoup à Abidjan et à l’intérieur du pays, Cocody, c’est la cité favorisée qui héberge la crème de la société, quand vous parlez des difficultés de Cocody et à Cocody, les autres s’interrogent… Cocody a les problèmes des privilégiés…

Je peux comprendre cette posture et peut-être aussi, cette ignorance de la réalité de Cocody de la part de ceux qui n’y vivent pas. Parce que les communes de Côte d’Ivoire ne se développent pas très bien et probablement que Cocody, relativement aux autres, estven avance. Mais la réalité de Cocody, qui est celle d’aujourd’hui, est que Cocody est diverse. On a l’impression que Cocody est la commune des privilégiés. Ce n’est pas le cas. Il y a des privilégiés à Cocody mais Cocody n’est pas la commune des privilégiés. C’est très différent. À l’intérieur, on a des populations qui ont du mal à se loger, des populations qui n’ont pas accès à l’eau potable, à l’électricité et qui n’ont même pas accès aux services basiques. Quand vous allez dans certains quartiers sociaux de la commune où dans certains quartiers récents, vous voyez que les routes ne sont pas achevées, l’aménagement urbain n’est pas suffisamment abouti. Et ce sont ces défauts, ces difficultés que nous souhaitons résoudre. Cocody a des problèmes sérieux auxquels il faut s’attaquer.

Q5- Quand vous dites que Cocody doit refléter le rêve ivoirien, concrètement, au delà des mots, cela signifie quoi?

Cocody est la commune dans laquelle on habite quand on a réussi. Dans l’esprit de tous les Ivoiriens, ceux qui habitent Cocody ont réussi d’une certaine manière, leur insertion professionnelle, leur vie professionnelle, même, ont atteint un certain statut social.
En réalité, Cocody est une marque. Même si vous habitez un quartier précaire que vous habitez Cocody, pour celui qui n’est pas à Cocody, il y a toujours ce complexe d’infériorité vis à vis de vous, simplement parce que vous êtes à Cocody. Cocody représente en fait un idéal socio-économique pour beaucoup d’Ivoiriens et nous voulons en faire une marque. Faire une marque, c’est valoriser les talents de façon à ce que Cocody continue d’incarner ce rêve de réussite sociale.
Par contre, il faut que ce rêve là soit accessible à tout le monde. Parce que, on ne peut pas gérer de manière soutenable notre commune si à l’intérieur, il y a des gens dont les chances sont nulles. Cela va créer des distorsions, des problèmes, des difficultés entre les différentes classes sociales et cela affecte également la cohésion sociale. Ce que nous voulons, c’est faire en sorte que ce rêve là soit accessible à tout le monde.

Q6- Si vous êtes élu maire de Cocody, par quel bout prendrez vous votre programme d’action?

La priorité, c’est déjà réformer l’administration municipale. Quand on est maire, on est à la tête d’une administration. C’est cette administration. C’est cette administration là qui exécute un certain nombre de projets au service des populations. Qu’est ce que ça veut dire? Ça veut dire que l’administration elle-même doit être exemplaire. Elle doit être orientée vers la satisfaction de l’administré. J’ai tendance à dire que la mairie a une mission sociale. Cette notion de mission sociale va se traduire par le fait que nous allons travailler avec des équipes internes de l’administration municipale pour qu’elles soient mieux organisées, plus professionnelles, plus à l’écoute des difficultés de la population et qu’elles adoptent un certain nombre d’outils très répandus dans le secteur privé mais qui peut-être, manquent dans l’administration publique.
Une fois que ce chantier là sera terminé, on pourra maintenant réaliser les projets au service des populations: les projets de développement, les projets d’équipement…

Q7: Depuis le début de la campagne, c’est ce discours que vous tenez aux populations sur le terrain?

Entre autres. La priorité, c’est celle là pour moi, en termes d’actions. L’outil qui permet de transformer la commune, c’est l’administration municipale. Le maire lui seul, ne peut rien faire. Il impulse le changement, il donne une direction. Il est un leader pour qu’il donne l’exemple.
Par contre, l’électeur veut savoir le bénéfice qu’il en retire. Dans les débats avec les électeurs, nous nous concentrons plutôt sur les avantages qu’il pourrait tirer de cette transformation de l’administration de la mairie. Par exemple, les avantages, c’est d’abord la proximité. Dans notre programme, nous comptons ouvrir les mairies de quartier, six mairies de proximité exactement. Ce qui permettra aux administrés d’avoir à proximité, les services municipaux. On va également insister sur la mise à disposition des outils numériques. Faire en sorte que si vous avez un acte d’état civil à demander, vous puissiez le faire en ligne. Ça, ce sont des avantages. Ça évite un certain nombre de déplacements, des files d’attente, ça évite de tomber sur des intermédiaires qui vont vous demander de payer pour obtenir des actes municipaux.
Au titre des bénéfices que nous proposons, c’est également la possibilité pour les jeunes qui cherchent à s’insérer, d’avoir un accompagnement digne de ce nom. L’outil que nous voulons mettre en place, c’est le service d’aide à la recherche de l’emploi. C’est un service qui va jouer un rôle de conseil auprès des jeunes qui cherchent un emploi. Qu’ils soient déjà diplômés ou pas. L’idée est d’avoir un interlocuteur professionnel pour apporter aux jeunes, tous les éléments nécessaires dont ils ont besoin pour orienter leur recherche d’emploi, pour leur apporter un retour sur la qualité de leur CV, sur la qualité de leurs prestations sur l’entretien d’embauche.
Un autre aspect concerne également la mise en relation avec les entreprises qui recrutent. De sorte que si une entreprise cherche un employés dans la commune, elle puisse s’adresser, au delà des agences de recrutement classiques, à la mairie pour identifier au sein de la commune, les jeunes qui ont un profil ou potentiel qui corresponde à l’emploi qui est offert. Voilà les manières concrètes pour aider les jeunes.
Pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir un diplôme, qui ont dû décrocher pour des raisons diverses, de leurs études, nous voulons mettre en place un système de formation courte dans les domaines techniques qui leur permettraient d’apprendre un nouveau métier qui soit en phase avec Léa besoins de la population. Donc, voilà les solutions dont on parle avec les jeunes de manière concrète. Mais le préalable, c’est que l’administration municipale elle-même doit être organisée, structurée. Parce que tout ça, si l’acteur qui doit mettre en place les projets n’est pas professionnel, les projets ne peuvent pas être réalisés.

Q8: les populations sont réceptives à ce discours?

Tout à fait. Et en même temps, il y a cet historique de promesses non tenues, il y a quelques jeunes qui sont sceptiques, qui attendent de voir. Et ce que nous leur disons, c’est que nous avons une expérience du secteur privé et que nous n’arrivons pas seul. Nous arrivons avec une équipe de cinquante personnes, issues du secteur privé, qui ont des expériences variées. Une mairie aujourd’hui, est une plate-forme. Elle doit s’appuyer à la fois sur les entreprises et sur la population elle-même

Q9- La population de la commune de Cocody, c’est 447 mille habitants. Aux dernières élections, seulement 34 mille ont voté. Cocody ne participe pas beaucoup aux élections…

Publicité 2


C’est malheureusement un effet de plusieurs facteurs. Le premier, c’est le désintérêt général vis-à-vis de tout ce qui concerne la politique. Aujourd’hui, l’image de la politique est écornée. Pour beaucoup de citoyens, être politicien, c’est témoigner de valeurs qui ne sont pas des valeurs positives, c’est de ne pas dire la vérité, c’est de ne pas tenir ses promesses. C’est un certain nombre de choses qui sont très négatives. Et parce que les citoyens ont été déçus, beaucoup s’abstiennent.
À côté de ça, vous avez des personnes qui suivent la discipline de leur parti, ils sont membres d’un parti qui ne participe pas aux élections et ils suivent simplement un mot d’ordre. Le message que je veux adresser à toutes ces personnes là, c’est de leur dire, que Cocody ait un bon maire ou un mauvais maire, Cocody aura un maire. Et donc, le mieux, que tout le monde participe à la désignation du maire plutôt que de rester passif et de subir. Les décisions qui seront prises par 34 mille personnes vont s’appliquer à 447 mille selon le recensement ou à 800 mille selon les estimations récentes. Donc, ne laissons pas les autres décider pour nous, soyons acteur du changement que nous voulons. C’est vrai, parfois, on se trompe quand on choisit un politicien, mais le jeu démocratique veut qu’on analyse et qu’on apprenne de ses expériences pour pouvoir faire le meilleur choix en d’autres occasions. À tous ceux, qui pour des raisons diverses ne veulent pas voter, je leur dis voter, c’est important pour la commune mais surtout important pour vous-mêmes. Parce que les décisions qui vont être prises, vont s’appliquer à votre vie et vous avez le droit de donner votre avis. Vous avez le droit d’orienter ces décisions là.

Q10- Vous êtes choqué quand sur les réseaux sociaux, des internautes vous interpellent sur la base de votre patronyme et vous, en retour, vous rappelez que vous avez corps, coeur et esprit liés à la cité de Cocody…

S’agissant des réflexes de certains électeurs qui, sur la simple base d’un patronyme vous assigne une nationalité, une préférence politique, j’ai été effectivement un peu déçu mais je pense que c’est humain et ça demande une éducation de l’électeur. Aujourd’hui, on ne peut pas se contenter de regarder le nom d’un candidat et déduire de tel ou tel camp, qu’il défend tel ou tel intérêt. C’est justement là où le débat démocratique est important. Parce que, c’est quand and on a l’occasion de défendre ses opinions, d’exprimer ses idées, qu’on peut être jugé sur une base objective. Moi je souhaitais rappeler à certains, qu’on peut être N’diaye, être d’ascendance sénégalaise et être parfaitement ivoirien au terme de la loi. On peut être également attaché à Cocody, on peut être également volontaire pour servir notre commune. Et cela, peut importe le patronyme. Parce que je dis souvent, qu’on a pas choisi son patronyme. Donc dépassons ces sujets là, allons dans le fond des choses, regardons ce que les candidats ont à proposer et décidons en fonction de ce qu’on a comme contenus.

Q11: Vous avez confiance dans le processus électoral?

Évidemment, j’ai confiance. C’est pour cela que je suis candidat. Avoir confiance n’exclut pas de mettre en place un certain nombre de précautions et de contrôles pour s’assurer que le vote et le choix des populations de Cocody seront respectés. Donc, je suis confiant dans le fait que l’issue du scrutin va refléter la volonté des habitants de Cocody.

Interview réalisée dans le cadre du programme #Electionstour du journaliste émérite Fernand DEDEH.

 

Tags

Hartman N'CHO

Je suis Hartman N'CHO, journaliste professionnel ivoirien, aimant la lecture, la musique, les voyages. Merci de retrouver mes articles de politique, économie, et sports... sur www.afrikmag.com. Contactez-moi sur hartman.ncho@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer