Gabon

Gabon: un mouvement syndical déclare qu’Ali Bongo est mort. Le gouvernement menace!

Suite aux propos tenus par le président de Dynamique unitaire (DU), principale coalition syndicale du pays, Jean Rémy Yama, qui a affirmé au cours d’une conférence de presse mardi que son organisation “avait l’intime conviction que le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba est mort. Il n’existe plus”. La confédération syndicale des agents publics a interpellé le ministre d’Etat en charge de la Justice, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de ces responsables de la confédération syndicale, qui ont divulgué la rumeur.

La confédération syndicale Dynamique a demandé au ministre de la justice de porter l’affaire au tribunal comme l’a indiqué M. Ndong Edzo.

Publicité

« La Confédération syndicale Dynamique Unitaire exhorte vivement le ministre d’Etat à porter le débat au tribunal », a-t-il fait savoir.

«La confédération syndicale Dynamique Unitaire réitère son intime conviction que le chef de l’Etat Ali Bongo est mort, il n’existe plus », a persisté Simon Ndong Edzo.

« Si les propos du ministre d’Etat sont vrais qu’Ali Bongo Ondimba est en parfait état de santé, pourquoi refuse-t-il de recevoir la société civile dont la Confédération syndicale Dynamique Unitaire pour faire le saint Thomas ? » s’interroge le vice président.

Au cours de sa déclaration, Simon Ndong Edzo a révélé que « Frédéric Boundoukou et son épouse, respectivement frère et belle-sœur de Jean-Rémy Yama, ont été kidnappés ce jeudi 4 juillet 2019 dans la matinée à leur domicile à Angondjé par la police judiciaire ».

C’est dans une représentation diplomatique accréditée au Gabon que Jean-Rémy Yama aurait trouvé asile . D’après ses collègues syndicalistes, leur président Yama a échappé à une tentative d’enlèvement et d’assassinat. Les hommes lourdement armés ont perquisitionné son domicile le 3 juillet dernier. Mais le syndicaliste n’avait pas passé la nuit chez lui.

Publicité 2


“L’attitude affichée” par Jean Rémy Yama “l’expose à des poursuites pénales pour propagation de fausses informations”, a déclaré le ministre de l’Intérieur et de la Justice du Gabon, Edgar Anicet Mboumbou Miyakou, dans un communiqué publié jeudi matin. Les propos de M. Yama dénotent “une volonté manifeste de créer le trouble et la confusion dans l’esprit de la population”, a déclaré le ministre. Le gouvernement “condamne avec fermeté cette volonté (…) de défier l’autorité de l’Etat”.

 

Crédit photo: mediacongo

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer